LE VENT CHANGE CHEZ TOTAL ET LE NUCLÉAIRE S’EMBOURBE

DémantèlementLe pétrolier vient de rejoindre l’association Terrawatt de promotion de l’énergie solaire et envisage de se lancer dans l’éolien.

Côté nucléaire officiel, on connaît déjà les grandes lignes d’un rapport d’évaluation de la Commission européenne concernant le parc nucléaire européen. 131 réacteurs appartenant à 14 des états membres ont atteint l’âge moyen de 29 ans. Sans prolongation de la durée de vie des centrales actuelles, 90% devront être fermés d’ici 2030…

 Reste le gros morceau : le démantèlement des centrales. La Commission avance un chiffre de 126 milliards d’euros d’ici 2050. La plupart des grands pays ont provisionné entre 80 et 90 % de ces coûts qui restent cependant très aléatoires. Mais la France, on s’en doutait, est très en retard avec seulement 31% des frais provisionnés. Ce retard, que nous devrons prendre dans la figure d’ici une quinzaine d’années (cadeau aux générations futures…) a été volontairement minimisé par EDF et les gouvernements successifs depuis 40 ans, trop occupés à vanter la gloire du tout nucléaire. L’exemple de la centrale bretonne de Brennilis devrait pourtant donner à réfléchir : son petit réacteur de 70 MW a été arrêté en 1985. Depuis cette date, il est toujours en cours de démantèlement. En 1979, la facture du chantier était estimée à 19,4 millions d’euros. Elle a depuis été réévaluée à 482 millions d’euros. Pour EDF, le démantèlement futur des 58 réacteurs nucléaires en exploitation a été évalué, en 2014, à 19,3 milliards d’euros. Quand on connaît la fiabilité des prévisions d’EDF, on peut s’attendre au double… au minimum

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/energies-renouvelables-l-allemagne-181158