Juin 27

VAUCLUSE : LE MALAISE DES « SUPER » AGENTS DE SÉCURITÉ AU CEA CADARACHE

CadaracheLa Force locale de sécurité (FLS) du site craint de se voir remplacer dans certains domaines par la gendarmerie.

Les FLS sont pompiers, secouristes et agents de sécurité, et interviennent à la moindre alerte en moins de dix minutes.

Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Pour cette raison, les membres du FLS, la Force locale de sécurité du CEA Cadarache feront grève ce matin et mardi prochain, mais sans déserter leurs postes. Maintenus pour des raisons de sécurité. Ce qui n’empêchera pas les agents de repos de tracter devant le site, créant un bouchon qui, selon les prévisions, pourrait s’étendre sur l’A51, jusqu’au tunnel, et sur la nationale jusqu’au pont de Mirabeau.

« Plutôt que lever le niveau des FLS, il est plus simple de mettre des gendarmes« 

Les raisons de ce mouvement de protestation ?

La volonté du gouvernement de remplacer dans une partie de leurs fonctions ces agents extrêmement polyvalents et surentraînés par des forces du Peloton spécialisé de protection de la gendarmerie. (PSPG). L’objectif de cette mesure est de faire ainsi face aux menaces d’attentats terroristes qui planent désormais au-dessus des centres nucléaires et biochimiques dits « sensibles ». C’est le contre-amiral Renaudeau, directeur de la protection des installations et activités de la Défense (DPID) qui a annoncé la nouvelle aux représentants syndicaux du FLS le 7 juin dernier.

Lors d’une audition en novembre 2015 devant la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, il avait également souligné une volonté de « répartition des tâches entre les différentes composantes du volet humain de la protection, c’est-à-dire les gendarmes spécialisés, les militaires non armés, les agents civils de l’État et les sociétés privées ». Cette redistribution interviendra progressivement (elle est programmée pour mi-2017 pour Valduc, premier centre concerné), mais elle ne devrait pas épargner Cadarache. Ce site civil possède en effet la particularité de compter une « enclave militaire », l’Installation nucléaire de base secrète qui produit du combustible pour les moteurs d’engins nucléaires.

Dimanche matin, ils ont donc tracté à l’entrée du site, afin d’informer les employés du CEA et d’envoyer un message au comité national qui se tient aujourd’hui. Déterminés à se battre. Une déformation professionnelle peut-être….

http://www.laprovence.com/article/edition-aix-pays-daix/4004099/cea-cadarache-le-malaise-des-super-agents-de-securite.html