Juil 08

L’OTAN À L’HEURE DES CHOIX : QUELLE FEUILLE DE ROUTE POUR L’ALLIANCE ?

OTANDu sommet de l’OTAN qui se réunit les 8 et 9 juillet à Varsovie, certains affirment qu’il est le plus important depuis la fin de la Guerre froide. Outre la montée du terrorisme sur le sol des pays de l’Alliance, l’invasion du Donbass par la Russie et l’annexion de la Crimée – sans précédent en Europe depuis l’annexion par Hitler de la Tchécoslovaquie – et le développement par Moscou d’une stratégie menaçante envers les pays de l’Alliance, notamment les Pays baltes, et d’une guerre de l’information d’une ampleur inédite, constituent des menaces concrètes.

On invoque souvent une nouvelle guerre froide, alors que, en Ukraine comme en Syrie, il s’agit d’une guerre chaude. De surcroît, la crise de l’Europe consécutive au Brexit, qui va consacrer la sortie de l’Union d’une de ses deux puissances nucléaires et de l’une des voix les plus fermes à l’endroit du Kremlin, au moment où le Service européen d’action extérieure publie sa nouvelle stratégie de sécurité, repose la question de la coordination entre l’OTAN et l’Union européenne.

Ce sommet consacrera des décisions importantes, en fait déjà prises, comme le déploiement du bouclier antimissile Aegis. …

…l’Alliance est une puissance nucléaire qui n’a pas un pouvoir de décision ultime en la matière, lequel reste celui des États, mais dont la dissuasion nucléaire reste un élément déterminant avec la dissuasion conventionnelle. Si la France, qui a réintégré le commandement militaire, n’est pas membre du comité des plans nucléaires de l’organisation, elle en est, comme les États-Unis et le Royaume-Uni, un élément de cette dissuasion globale. Certes, le parapluie nucléaire reste d’abord américain…

Dans l’immédiat, il faut poursuivre la discussion avec le Kremlin sur trois points. D’abord, du point de vue de l’Alliance, il faut comprendre jusqu’où la Russie est prête à aller. Les opinions divergent sur le caractère de la menace russe sur les pays nordiques et les États baltes. Elle est en tout cas réelle en termes de guerre de l’information. Ensuite, un dialogue précis et subtil doit être conduit en matière de dissuasion nucléaire. Moscou doit en comprendre la portée car toute incompréhension pourrait se révéler tragique

https://theconversation.com/lotan-a-lheure-des-choix-quelle-feuille-de-route-pour-lalliance-62068