Juil 14

PETITE HISTOIRE DES NAVIRES À PROPULSION NUCLÉAIRE

sous-marinLa marine russe planche sur la construction de nouveaux navires à propulsion nucléaire. Retour sur les plus grandes avancées russes et américaines en la matière.

Si l’on met de côté les sous-marins, auxquels les réacteurs nucléaires ont apporté des capacités tactiques et opérationnelles complètement nouvelles, le premier navire à propulsion nucléaire était civil — et russe: en 1959, Moscou mettait à l’eau le brise-glace soviétique Lénine. Les Américains ont fait de même en 1964 avec le navire de commerce Savannah, et l’Allemagne la même année avec Otto Hahn. Les Japonais ont mis 25 ans à construire le Mutsu, mis en service en 1990 mais retiré en 1995 sans jamais avoir été utilisé à des fins commerciales. A la même époque (en 1988), l’URSS finissait de construire en Crimée le cargo brise-glace Sevmorput.

Le développement des navires de guerre à propulsion nucléaire a commencé des deux côtés de l’océan pratiquement en même temps, autour de 1955-1956.

Les amiraux américains pensaient à l’époque en catégories d’unités de navires nucléaires des principales classes, ce qui a conduit à la construction des navires lance-missiles USS Long Beach — les premiers navires de guerre à propulsion nucléaire dans le monde, devançant d’un mois et demi l’USS Enterprise — et de l’USS Bainbridge en 1962.

La classification des navires lance-missiles dans les termes du début du XXe siècle avait peu de sens. Au final, les unités construites en tant que frégates ou destroyers se transformaient tout de même en croiseurs. Le trio formait ce qu’on appelle l’unité Task Force 1, qui a fait le tour du monde en 1964.

Le projet de navire de guerre à propulsion nucléaire en URSS a été lancé en même temps qu’aux USA — pas plus tard qu’en 1956. Il s’agit probablement du projet naval le plus pénible de l’histoire de la marine russe: au final, la construction du croiseur nucléaire lourd Kirov (projet 1144 Orlan) n’a commencé qu’en 1973.

Il a permis de livrer à la flotte quatre navires entre 1980 et 1998, dont l’exploitation a été confrontée à plusieurs problèmes, notamment le manque de préparation du système de stationnement qui réduisait leur ressource. Aujourd’hui, seul le Pierre le Grand est opérationnel. L’Amiral Nakhimov est en cours de modernisation, le vaisseau amiral Kirov (aujourd’hui Amiral Ouchakov) n’a pas été en mer depuis 1992 à cause de son état accidenté et se prépare au recyclage, tandis que le sort de l’Amiral Lazarev reste en suspens.

https://fr.sputniknews.com/presse/201607131026647057-navires-nucleaire-russie/