Août 10

DES AMÉRICAINS VEULENT STOPPER L’EXPORTATION D’URANIUM VERS LA BELGIQUE

150 kg UUne pétition, créée à l’initiative d’un professeur de l’Université du Texas, circule aux États-Unis. Pour celui-ci, envoyer de l’uranium en Belgique est beaucoup trop dangereux dans un pays où les centrales sont la cible des terroristes de l’État islamique.

Le centre d’étude de l’énergie nucléaire de Mol doit normalement recevoir environ 150 kilos d’uranium de qualité militaire en provenance des États-Unis. De l’uranium qui, dans ce centre, est destiné à la recherche nucléaire, notamment à visée médicale, mais qui, entre de mauvaises mains, pourrait aussi servir à fabriquer une arme nucléaire.

« De quoi construire une bombe comparable à celle lâchée sur le Japon »

C’est aussi à Mol qu’un directeur avait été espionné et filmé par le groupe terroriste État islamique. Pour Alan J. Kuperman, le professeur à l’initiative de la pétition, la menace est réelle. Selon lui, les terroristes pourraient s’emparer de cet uranium et en faire des bombes extrêmement mortelles. « S’ils obtiennent assez d’uranium enrichi, ils peuvent produire une bombe nucléaire qui équivaut à celle lâchée sur le Japon à la fin de la Deuxième guerre mondiale. »

Une menace à relativiser

Une menace que Damien Ernst, professeur en électromécanique à l’ULg resitue dans son contexte: « Je pense qu’il faut relativiser. Avant, il n’y avait pas d’hommes armés sur les centres de recherche nucléaire de Fleurus et Mol. Maintenant, leur présence est là pour sécuriser les centres. D’autre part, on voit mal deux personnes mal entraînées qui parviendraient à embarquer cet uranium enrichi dans leur camionnette. Cet uranium enrichi est placé dans le réacteur nucléaire et rien que pour le sortir du réacteur, il faudrait vraiment une réelle expertise ».

Le professeur texan Alan Kuperman estime pour sa part que sa pétition a de bonnes chances d’aboutir. Par deux fois il a déjà lancé ce type de pétition et par deux fois le régulateur américain de l’énergie a pris son avis en compte pour ajourner les livraisons. Ce qui pourrait, à terme, mettre à mal l’approvisionnement et la recherche nucléaire dans notre pays. 

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_des-americains-veulent-stopper-l-exportation-d-uranium-vers-la-belgique?id=9374286