CATTENOM : UNE BONNE TRANCHE DE CHANTIER TITANESQUE

CattenomC’est la grande révision des 30 ans à la centrale nucléaire de Cattenom. Une série de contrôles pour obtenir le « bon à produire » des dix ans à venir et la volonté d’allonger la durée de vie des réacteurs.

Trois tests incontournables. Tous les dix ans, chaque réacteur nucléaire de France se doit de les réussir s’il veut continuer à produire. Pour l’heure, la tranche 1 de Cattenom a réussi deux de ces trois jalons, terme consacré dans le milieu. L’inspection de la cuve et de la moindre de ses soudures par le robot MIS a obtenu le satisfecit de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire).

Tout comme l’épreuve hydraulique. Épreuve est bien le terme puisque le circuit primaire est soumis à une mise sous pression 1,3 fois supérieure aux conditions normales d’exploitation. La seule façon de vérifier l’étanchéité et la résistance du circuit hydraulique. A elle seule, cette échéance conditionne 70 à 80 % de la maintenance mise en œuvre sur la tranche.

Chaque tuyau, chaque robinet, chaque machine se doit d’être inspecté dans un timing imposé où les métiers et les chantiers se succèdent et se superposent. 17 000 à 18 000 activités sont recensées durant ces trois à quatre mois de chantier. Une centaine de métiers différents interviennent. Tout retard a des répercussions, tout aléa ses conséquences. Comme celui vécu sur un générateur vapeur. L’entreprise chargée de poser le bouchon ne maîtrisait pas le geste technique. « Il a fallu changer de prestataire en cours de route », admet Philippe Portes, chef d’arrêt de tranche. Prévue au 1er août, l’épreuve hydraulique a dû être reportée au 12 août. Une date à tenir absolument pour ne pas avoir à subir l’attente du long week-end du 15 août. « Ça s’est bien passé. Les inspecteurs ASN ont été satisfaits de ce qu’ils ont vu. »

Inspection et modifications techniques

Le prochain et dernier jalon est fixé au 28 août. L’épreuve soumet l’enceinte à 4,2 bars, façon de s’assurer de l’étanchéité des parois. La batterie de compresseurs au pied du réacteur est déjà en place, prête à entrer en action.

Pour autant, Cattenom n’en aura pas fini avec sa visite décennale (VD pour les intimes). Car cette inspection sous toutes les coutures est l’occasion pour EDF de réaliser des travaux de fond, des modifications techniques à la suite de l’usure des pièces ou de leur dysfonctionnement ou encore pour profiter de nouvelles technologies disponibles.

« Une centaine de modifications ont été programmées pendant la VD », explique Arnaud Courcoux, directeur délégué arrêt de tranches. « Une centaine d’autres avaient été faites avant l’arrêt. » Dans le nucléaire, modification signifie généralement chantier titanesque. Comme la salle de commande modernisée, le transformateur principal remplacé, le condenseur et ses 64 242 tubes changés !

Est venu s’ajouter un problème fortuit avec l’obligation de changer un rotor (des fissures avaient été détectées au pied des ailettes), une des pièces maîtresses de la salle des machines avant l’alternateur. La VD devrait s’achever d’ici l’automne. « Le recouplage au réseau prendra du temps car avec toutes les modifications entreprises, il y aura beaucoup de reconfigurations à faire. »

Laurence SCHMITT.

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-thionville-hayange/2016/08/23/cattenom-une-bonne-tranche-de-chantier-titanesque