Nov 08

ÉLECTRICITÉ : LA MISE EN GARDE DE RTE POUR CET HIVER

rteAvec 23 réacteurs du parc nucléaire à l’arrêt, la sécurité électrique sera « plus délicate » à assurer cet hiver, avertit  le gestionnaire du réseau de transport d’électricité. Il envisage des « mesures exceptionnelles »
Le roi est nu… et il fait froid. Ce constat un peu inquiétant, c’est RTE,  le gestionnaire du réseau de transport d’électricité en France qui le formule, quoiqu’en usant de formules plus diplomatiques. Alors que depuis bientôt un mois  23 des 58 réacteurs du parc nucléaire français sont à l’arrêt   , la sécurité électrique sera « plus délicate » à assurer cet hiver que les hivers précédents, « , a-t-il prévenu.
En effet, « avec l’équivalent de 9 réacteurs nucléaires indisponibles en moyenne sur l’hiver [le parc nucléaire français présente] son niveau de disponibilité le plus faible depuis 10 ans« .
En cas de vagues de froid importantes, il pourrait s’avérer nécessaire de prendre des « mesures exceptionnelles« . Le gestionnaire des lignes à haute tension françaises, filiale à 100% d’EDF, envisage notamment, en cas de vagues de froid importantes et durables, des « solutions exceptionnelles » incluant en dernier recours des délestages, c’est-à-dire des arrêts volontaires d’approvisionnement de certains consommateurs.
Ces mesures exceptionnelles seraient « graduellement » mises en place

RTE mettra en place des mesures pour « préserver l’alimentation électrique des Français » le matin, entre 8 heures et 13 heures, et le soir entre 18 heures et 20 heures les jours ouvrés. Dans un premier temps, RTE activerait un « dispositif d’interruptibilité, interrompant la consommation de 21 sites électro-intensifs volontaires« . Cela permettrait de réduire « ponctuellement » les besoins de 1.500 MW.
Si nécessaire, il pourrait ensuite baisser la tension sur le réseau de 5%, ce qui réduirait la consommation totale de l’équivalent de celle du Grand Paris, avant, ultime étape, d’envisager des délestages « en cas de déséquilibres extrêmes entre la consommation et la production« .
Compenser la baisse du nucléaire
« Le développement des énergies renouvelables, des capacités d’importation, de l’effacement et des économies d’énergie, va toutefois permettre de compenser en partie la baisse globale de production des sites nucléaires« , a également souligné RTE.
Jeudi soir, EDF a révisé en baisse pour la troisième fois sa production nucléaire pour 2016, désormais prévue entre 378 et 385 térawattheures (TWh), contre 414 visés initialement. Vendredi, son patron, Jean-Bernard Lévy, a déclaré qu’il faisait de fait de son mieux « pour avoir le nombre maximum de réacteurs en service ». Mais, a-t-il ajouté,  » l’Autorité de sûreté nucléaire ne nous a pas autorisés à redémarrer certains réacteurs en dépit de notre demande« .
Les prix sur les marchés européens de l’électricité ont atteint ces dernières semaines des niveaux inégalés en raison des arrêts prolongés ou programmés de réacteurs, liés notamment à des contrôles demandés par l’ASN, à l’approche de l’hiver.

http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211472531136-electricite-la-mise-en-garde-de-rte-pour-cet-hiver-2041247.php