Déc 14

LA MOBILISATION ALLEMANDE CONTRE LES CENTRALES NUCLÉAIRES BELGES NE FAIBLIT PAS

belgiqueLa semaine dernière, la communauté urbaine d’Aix-la-Chapelle annonçait l’achat de masques de protection et de comprimés d’iode. Ce mardi, un groupe de militants a présenté un site internet. Objectif : mesurer lui-même la radioactivité.

Le projet s’appelle Tihange Doel radiation monitoring. Il regroupe des médecins, des retraités, des informaticiens, tous militants anti-nucléaires, belges et allemands. Ils viennent d’installer, entre Tihange et Aix la Chapelle une douzaine de stations de mesures.

Leur intention: être rapidement informé en cas d’accident nucléaire. « Nous voulons avoir un contrôle indépendant, rapide et surtout, nous ne nous fions pas nécessairement à ce que Electrabel dit s’il y a un accident » explique Odette Klepper, militante et médecin à la retraite.

Les mesures officielles ne suffisent pas

Ces mesures existent pourtant chez nous. Elles sont fournies toutes les heures par l’Agence Fédérale pour le Contrôle Nucléaire, via les stations Telerad. Mais pour ces militants, cela ne suffit pas.

« Nous avons déjà obtenu une certaine transparence. On est informés de ce qui s’y passe, toujours avec un retard. Je pense qu’il n’est pas sain de dépendre totalement de la transparence légale » commente Benoit Dupret qui habite en province de Liège.

Depuis plusieurs mois, les militants anti-nucléaires durcissent leurs actions, surtout côté allemand. Et de ce côté-là de la frontière, certains pouvoirs publics montent au créneau, aux côtés des militants pour réclamer l’arrêt des centrales

L’installation de ces stations alternatives est un élément de plus dans cet intense lobbying.

https://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_la-mobilisation-allemande-contre-les-centrales-nucleaires-belges-ne-faiblit-pas?id=9480191