«

»

Jan 11

CENTRALE NUCLÉAIRE DU BUGEY : LES FUITES CONTINUENT!

stop-bugeyCommuniqué de presse de l’Association Sortir du Nucléaire Bugey

Le réacteur Bugey 3 de la centrale nucléaire du Bugey a été arrêté dans la nuit du 9 au 10 décembre 2016 pour permettre aux équipes de remplacer un détecteur de fumée et de réaliser une intervention sur une tuyauterie située en partie nucléaire de l’installation selon la communication d’EDF sur son site internet. Il était aussi précisé que cette tuyauterie est utilisée pour vidanger le circuit primaire lors des arrêts de maintenance.

La communication d’EDF est relativement succincte et ne donne aucun détail sur l’objet et la nature de l’intervention.

Cependant un rapport de l’IRSN récemment publié précise « afin de pouvoir remplacer une portion de tuyauterie, comportant deux vannes et un indicateur de débit, située sur la ligne de charge du circuit de contrôle volumétrique et chimique (RCV)« . Ce rapport avait été demandé par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) : Saisine ASN –

CODEP-LYO-2016-047546 du 5 décembre 2016 non publique. Il était nécessaire puisque pour réaliser l’intervention souhaitée par EDF il fallait modifier temporairement les spécifications techniques d’exploitation (STE).

Le rapport précise encore que, depuis début novembre 2016, une augmentation du débit de fuite primaire a été observée sur le réacteur n° 3 de la centrale du Bugey (jusqu’à 74 litres/heure soit plus de 53 000 litres/mois) et que, du fait l’humidité qu’elle a générée dans le bâtiment du réacteur (BR), cette fuite a en outre provoqué des défauts sur les détecteurs incendie situés dans le même local. Il n’est pas précisé la date de repérage de cette fuite, mais elle est sans doute bien antérieure à début novembre 2016. Ce qui préoccupait EDF étaient les dégâts causés et son évolution à la hausse, d’où la nécessité d’une intervention rapide. Du fait du contexte de novembre – décembre 2016 avec de nombreux réacteurs nucléaires arrêtés, EDF ne souhaitait pas un arrêt standard, trop long, d’où cette demande de modification des spécifications techniques d’exploitation, pour faire un arrêt de courte durée.

Le circuit de contrôle volumétrique et chimique (RCV) est un des circuits auxiliaires d’une centrale nucléaire à eau pressurisée. Il joue un rôle très important lors du fonctionnement du réacteur nucléaire en assurant simultanément cinq fonctions distinctes :

– l’appoint en eau, notamment au cours des phases de chauffage / refroidissement du
réacteur, de façon à compenser la dilatation ou contraction de l’eau du circuit primaire
avec la température ;

– le contrôle de la teneur en acide borique (nécessaire pour contrôler la réactivité de
la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur
) ;

– la purification et le contrôle chimique de l’eau du circuit primaire ;

– l’aspersion auxiliaire au pressuriseur lorsque les pompes primaires sont à l’arrêt ;

– l’injection d’eau au circuit d’étanchéité des joints des pompes primaires.

En conséquence, cette fuite d’eau n’était pas bénigne puisqu’elle touchait à un organe vital de la sûreté du réacteur Bugey 3. S’agissant du circuit primaire du réacteur, l’eau de fuite était nécessairement chargée en radioactivité.

L’association Sortir Du Nucléaire Bugey dénonce la communication à minima d’EDF et la non information de la Commission Locale d’Information (CLI) de la centrale. Une fois de plus il s’agit d’un problème de fuite de tuyauterie ou de vanne lié à la vétusté de cette centrale. Pourtant ce réacteur avait été arrêté du 28 février au 4 avril 2015 pour renouvellement du tiers de son combustible et réaliser un programme de maintenance, de contrôles préventifs et d’essais réglementaires. Du 2 juin au 27 août 2016, ce réacteur était de nouveau arrêté pour procéder à une visite partielle lors de laquelle les équipes de la centrale ont réalisé d’importantes opérations de maintenance dont 21 500 heures de travail consacrées aux activités liées à la robinetterie et 14 500 heures consacrées aux examens et contrôles de différents matériels (vannes, moteurs, pompes, etc.). Malgré ces visites de maintenance et, seulement quelques semaines après la remise en service, une fuite importante apparait ce qui traduit bien le fait que cette centrale est à bout de souffle et met en danger les populations environnantes.

Compte tenu du peu de communication d’EDF Bugey, on peut imaginer que bien d’autres problèmes nous sont cachés et notre association demande l’arrêt immédiat des quatre réacteurs de cette centrale nucléaire, d’autant que cet hiver, on a bien vu qu’on pouvait se passer de plusieurs réacteurs nucléaires sans que les français soient privés d’électricité. Nous rappelons aussi que les réacteurs de Bugey comportent des pièces livrées et installées non conformes aux règles de la sûreté nucléaire, suite aux graves falsifications dans les usines d’AREVA et du japonais JCFC, dont 6 irrégularités sur le réacteur Bugey 3.

Association Sortir du Nucléaire Bugey, 28 impasse des Bonnes, 01360 Loyettes

Site internet : http://www.stop-bugey.org/