«

»

Jan 21

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES CRÉENT-ELLES PLUS D’EMPLOIS QUE LE NUCLÉAIRE, COMME LE DIT HAMON ?

HamonBenoît Hamon l’a affirmé lors du deuxième débat entre les candidats à la primaire de la gauche et François de Rugy a repris cet argument à son compte : « À production d’énergie équivalente, les énergies renouvelables créent six fois plus d’emplois que le nucléaire ». Verdict : PLUTÔT VRAI
La transition énergétique, ils l’adorent tous. Les candidats à la Primaire de la gauche se déclarent tous à des degrés divers partisans d’un verdissement de notre mix énergétique. Mais Benoît Hamon et François de Rugy se montrent des militants particulièrement zélés des énergies renouvelables. Le premier a un argument frappant plaidant pour leur développement : «À production d’énergie équivalente, les énergies renouvelables créent six fois plus d’emplois que le nucléaire », a-t-il expliqué dimanche dernier lors du deuxième débat de la primaire . Un argument peu ou prou repris par François de Rugy, interviewé par « Les Echos » .

Cette déclaration de Benoît Hamon fait référence à un rapport de l’OCDE sur la croissance verte publié en 2012 , qui s’appuie lui-même sur un rapport de 2010, réalisé par des chercheurs américains . Celui-ci établit que pour produire 100 gigawattheures (GWh) supplémentaires d’électricité par an, il faut créer 14 postes pour le nucléaire, 87 pour le solaire photovoltaïque, et 17 pour l’éolien terrestre. Il s’agit de postes équivalent plein-temps d’une durée d’un an, prenant en compte la construction et l’exploitation. Soit, effectivement, six fois plus pour le solaire que pour le nucléaire.

Ces chiffres sont intéressants mais ils sont anciens. Or les coûts des énergies renouvelables (et du solaire en particulier) ont énormément baissé, et avec eux le nombre d’emplois au MW installé. La question fait en réalité l’objet de peu d’études fiables et rigoureuses, d’autant que le sujet est hautement sensible. Il est aussi très complexe, car les emplois créés ne sont pas forcément des emplois locaux, selon que les équipements sont fabriqués en France, ou pas.

On peut toutefois tenter de rapprocher les emplois des différentes filières dans l’Hexagone, et les comparer à la production d’électricité qu’elles génèrent. Selon une étude de PwC de 2011 , la filière nucléaire pèse 125.000 emplois directs en France pour une production annuelle de 417.000 GWh (2015), correspondant à 0,3 emploi par GWh produit. Selon l ‘Ademe, les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique, biomasse, bois-énergie etc) représentent elles 80.000 emplois directs et ont produit 95.100 GWh en 2015, soit 0,84 emploi par GWh produit.

Là encore, certaines limites existent : il s’agit d’une photographie statique, et ces chiffres sont difficilement comparables car le parc nucléaire français est aujourd’hui amorti, alors que beaucoup de moyens de production d’énergies vertes ont moins de dix ans. En ne considérant que les emplois liés à l’exploitation et la maintenance du parc de renouvelables (soit 37.000 emplois environ), le ratio est ramené à 0,38. Ce qui reste supérieur au nucléaire, mais dans de moindres proportions. A noter, l’essentiel de ces emplois se concentrent dans l’hydraulique (9.300) et le bois-énergie (13.300), et non dans le solaire et l’éolien (moins de 5.000).

Dans ses travaux sur les différents scénarios de mix électriques à horizon 2050 , l’Ademe a aussi tenté quelques calculs sur l’emploi. Elle y conclut que la transition énergétique (qu’elle a pour rôle de promouvoir), est positive pour l’emploi : les postes perdus dans le nucléaire, l’automobile et les énergies fossiles seraient largement compensés par les créations d’emplois dans les services (économies d’énergie) et les énergies renouvelables. Dans son scénario d’un mix à 100 % renouvelable, le gain net serait compris entre 830.000 et 900.000 emplois. Et réduire la part du nucléaire de 50 % à 18 % du mix électrique permettrait de gagner 200.000 emplois. Mais il s’agissait d’exercices largement théoriques, reposant sur toute une série d’hypothèses qui restent à valider.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211708417383-les-energies-renouvelables-creent-elles-plus-demplois-que-le-nucleaire-comme-le-dit-hamon-2058856.php#q7TQwjYtiYiCBYSG.99