«

»

Fév 06

RISQUE DE CANCER ACCRU POUR LES RIVERAINS DES RÉACTEURS : DES RESPONSABLES NUCLÉAIRES US ONT « BLOQUÉ » DES ÉTUDES

Daily NewsNote de facteur du Réseau Sortir du Nucléaire

L’Autorité de Sûreté Nucléaire américaine (NRC) bloque une étude qui pourrait démontrer une augmentation du nombre de cancers à proximité des centrales américaines.

La NRC a déjà, en préalable, falsifié les données des premières études ( comme déjà pratiqué ailleurs dans le monde et plus particulièrement en France) pour faire disparaître les excès de leucémies et cancers infantiles à proximité des centrales atomiques en augmentant le périmètre d’étude autour de ces centrales (afin de limiter le taux d’incidence de cancers en augmentant le nombre de personnes non exposées) ainsi qu’en limitant les études à la mortalité par cancer au lieu d’étudier la morbidité.

Mais depuis l’étude du Professeur Jean-François Viel prouvant l’excès de leucémies infantiles autour de La Hague, il y a 20 ans, la vérité est en route et aucun organisme aux intérêts particuliers au monde ne pourra l’arrêter…

Traduction de l’article (NDLR : attention, traduction automatique).

Selon des documents publiés récemment, les autorités fédérales US ont « liquidé » un examen rigoureux du cancer chez des millions d’Américains vivant près de centrales nucléaires parce qu’ils étaient convaincus que l’étude ne pouvait pas lier les réacteurs aux maladies et, de plus elle serait trop coûteuse.
Les doutes sur l’utilité de l’étude ont été profonds à la Commission de réglementation nucléaire, l’agence de surveillance du parc vieillissant américain de centrales nucléaires

Mais certains critiques de l’étude ont cependant poussé pour la faire, arguant que la science moderne pourrait aider à répondre aux inquiétudes du public au sujet des risques possibles pour la santé liés aux centrales nucléaires. Ils n’ont pas réussi à convaincre leurs patrons qui ont décrété que le prix de 8 millions de dollars pour l’étude pilote – qui aurait porté sur le site de San Onofre ainsi que six autres sites – ne pouvait être justifié.
Le refus signalé précédemment a été préparé dans plus de 1 000 pages de documents de la NRC obtenus par « Southern California News Group » en vertu du « Freedom of Information Act ».

Certains fonctionnaires craignent que le rejet de l’étude soit «un fiasco de PR», qui remet en question la disparition de ce que certains considèrent comme le plus important examen fédéral de la sûreté des centrales nucléaires en une génération.
La poussée de cette nouvelle voie a été motivée par le mécontentement du gouvernement des États-Unis de s’appuyer sur une étude sophistiquée de 27 ans – employant des données encore plus anciennes – pour assurer aux Américains qu’il n’y a pas de risques pour la santé associés au fait de vivre à proximité de centrales nucléaires.
Plusieurs études européennes récentes ont révélé des liens troublants entre les cancers infantiles et les enfants vivant à proximité des centrales nucléaires, et les employés de la NRC ont échangé des courriels les citant. Un conseiller principal a rejeté la méthodologie utilisée dans ces études. «Publier ou périr», écrivait-elle à ses collègues.
Les membres du personnel de la NRC ont commencé à demander une mise à jour de l’ancienne étude américaine il y a dix ans. La NRC a conclu un contrat avec les Académies nationales des sciences, une agence distincte, afin de concevoir une évaluation scientifique moderne en 2010. La NRC a consacré cinq ans et 1,5 million de dollars à cet effort avant de l’abandonner il y a deux ans.
«La plupart des gens se rendent compte que toutes les preuves montrent que vous n’allez rien trouver», a déclaré Brian Sheron, directeur à la retraite du Bureau de la recherche réglementaire nucléaire de la NRC, qui a appuyé l’étude.
«Il y a tellement de variables. Le point était, même si vous avez trouvé quelque chose qui ressemblait à une relation, vous ne sauriez pas à quoi l’attribuer. La personne a-t-elle vécu toute sa vie près de la centrale nucléaire? Ou des gens ont-ils vécu quelque part sous le vent d’une usine d’amiante pendant 20 ans? Afin d’analyser tous les faits, cela allait être à un coût prohibitif. « 
Les hypothèses sur le résultat ont enflammé des critiques.
« C’est ce qu’ils ont dit: » Nous n’avons pas besoin de faire l’étude parce que nous connaissons déjà la réponse « , a déclaré Roger Johnson, de San Clemente, un professeur de neuroscience à la retraite qui a suivi les procédures de près. – Comment pourraient-ils connaître la réponse?
La méthode scientifique commence par une hypothèse, mais elle doit être testée par expérimentation.
« Vous ne saurez pas si l’étude trouvera quelque chose à moins de la réaliser« , a déclaré Ourania Kosti, qui a dirigé l’étude avortée aux National Academies of Sciences.
«La NRC nous a demandé de faire l’étude en raison des préoccupations de riverains d’installations nucléaires qu’il réglemente. Je pense qu’il est important d’utiliser la meilleure information disponible pour communiquer avec le public au sujet des risques. « 
En 2012, l’Institut français de la santé et de la recherche médicale a constaté que les enfants vivant à moins de 3 miles des centrales nucléaires avaient risque doublé de développer une leucémie aiguë que ceux vivant plus loin. Le pic d’impact était sur les enfants âgés de 2 à 4 ans, et les résultats ont fait écho à ceux d’une étude allemande.
Depuis des décennies, cependant, l’opinion officielle du gouvernement des États-Unis a été: « D’après les données en main, il n’y avait aucune preuve convaincante de risque accru de décès par l’un des cancers que nous avons sondés en raison de la vie près des installations nucléaires. Ce qui soulève la question de la qualité des «données à portée de main».
Le rapport de 1990 a été fait par les Instituts Nationaux de Santé des États-Unis-Institut National du Cancer («Le cancer dans les populations vivant près des installations nucléaires») et a été dénigré car qualifié d’imparfait. Il a examiné plus de 900 000 décès par cancer entre 1950 et 1984, en utilisant les registres de mortalité recueillis dans les comtés dotés d’installations nucléaires à l’intérieur de leurs frontières. Il a examiné les changements dans les taux de mortalité pour 16 types de cancer, et n’a montré aucun risque accru de décès.
Mais il y avait beaucoup de problèmes avec cette approche, ont dit les critiques et la NRC elle-même:
Le rapport de 1990 faisait le suivi des taux de mortalité basés sur le lieu de décès des personnes, plutôt que sur leur lieu de résidence avant le cancer.
Le suivi des décès par cancer, plutôt que le nombre de personnes atteintes de cancer, peut minimiser l’impact sanitaire de la vie près d’un réacteur, car de nombreux patients atteints de cancer survivent.
Il a utilisé les données du comté pour parvenir à des conclusions – une mesure brutale qui peut encore minimiser l’impact sur les personnes qui vivent le plus près d’un réacteur. Les habitants de La Habra et de San Clemente vivent dans le même comté – mais peu diront que leur exposition à San Onofre est la même.
La nouvelle étude a été conçue pour remédier à ces faiblesses. La NRC a demandé au NAS d’évaluer les taux de diagnostic du cancer, et pas seulement les décès par cancer, et de diviser les zones autour des installations nucléaires en unités géographiques beaucoup plus petites que les comtés.
Le NAS permettrait alors de suivre non seulement la géographie et l’incidence du cancer, mais aussi les rejets radiologiques des centrales elles-mêmes, et de voir s’il y avait une corrélation de cancers.
Cette conception d’étude est beaucoup plus rigoureuse que ce qui a été fait en Europe, et le NAS a été le premier à admettre que c’était une démarche compliquée qui demanderait un énorme travail.
Une étude pilote sur sept sites, dont San Onofre, prendrait 39 mois et coûterait 8 millions de dollars, a indiqué le NAS, et ces résultats ne seraient pas forcément extrapolés aux autres sites nucléaires américains. L’étude de tout cela prendrait beaucoup plus d’années, et beaucoup plus de millions, affirment les fonctionnaires.
S’attendant à ce que rien ne soit trouvé, les responsables de la NRC ont décidé qu’ils ne pouvaient pas justifier les coûts…

Pour lire la suite:
http://www.dailynews.com/environment-and-nature/20170204/nuclear-officials-killed-study-on-whether-reactors-posed-cancer-risk-to-nearby-residents   (en anglais)