Fév 11

PROLONGATION DE VIE DES CENTRALES NUCLÉAIRES : L’IRSN LISTE LES DIFFICULTÉS RENCONTREES PAR EDF

IRSNL’IRSN a évalué la qualité de l’exploitation des réacteurs d’EDF. L’accent est mis sur des points essentiels en vue de la prolongation de leur durée de vie au-delà de 40 ans, dont la conformité des installations et leur maintenance.

Entre 2012 et 2014, EDF a rencontré « des difficultés récurrentes » dans le maintien de la conformité de ses installations, un sujet essentiel alors que l’entreprise s’apprête à engager le « grand carénage« . De même, l’entreprise a été confrontée à des problèmes de qualité de la maintenance, de maintien de la qualification des équipements, de surveillance de ses réacteurs nucléaires et d’analyse des risques. En matière d’environnement, elle a rencontré des problèmes liés au confinement des effluents radioactifs liquides.

Les incidents restent à un niveau élevé et ne diminuent pas, [ce qui] témoigne d’un manque d’efficacité des plans d’actions mis en œuvre par EDF 

Telles sont les principales conclusions de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) qui publie une évaluation de l’exploitation des réacteurs nucléaires d’EDF entre 2012 et 2014. Son avis a été rendu public le 16 janvier.

Manque d’expérience de certains agents

Point positif, l’Institut constate une stabilité de la gravité des évènements constatés. Pour le reste, l’IRSN est plutôt critique. De manière générale, l’IRSN note que l’exploitation des centrales manque de rigueur. « Les défauts de surveillance de l’installation, de la part des opérateurs en salle de commande, des rondiers du service de la conduite et des chimistes lors de prélèvements, sont en augmentation« , note l’IRSN. Elle y voit le signe d’« un manque de connaissances ou d’expérience de la part de certains agents », de difficultés d’organisation et d’une surcharge d’activité à certaines périodes.

Dans la perspective du prolongement de la durée de vie des réacteurs, l’IRSN s’est penchée sur les défauts de conformité au référentiel de sûreté qui regroupe les exigences de conception, de construction et d’exploitation. Ces écarts peuvent être liés aux erreurs de conception, de réalisation, de qualification ou d’exploitation. Le suivi du vieillissement des matériels et la maintenance sont des points essentiels du maintien de la conformité des installations. Le document souligne que ce sont les réacteurs les plus anciens, ceux de 900 mégawatts (MW), qui sont les plus touchés par ces défauts. Ceux-ci « ont principalement pour origine des difficultés importantes rencontrées par certains exploitants » pour maintenir la qualification des équipements importants pour la protection et maîtriser le référentiel de maintenance.

Maintenance insuffisante

S’agissant de la maintenance et des modifications effectuées sur les installations, l’IRSN note que les incidents « restent à un niveau élevé et ne diminuent pas, [ce qui] témoigne d’un manque d’efficacité des plans d’actions mis en œuvre par EDF ». EDF s’est engagée à améliorer ses procédures avant de modifier certains équipements des réacteurs de 900 MW dans le cadre de leur quatrième visite décennale. En effet, le passage des 40 ans nécessitera de très nombreux travaux.

En l’occurrence, l’avis de l’IRSN donne l’image d’une entreprise débordée par les travaux à effectuer sur ses réacteurs. EDF subit aussi l’absence de planification pluriannuelle stabilisée et de programmes de maintenance adaptés. L’entreprise fait aussi face à des écarts récurrents dans l’application de ses programmes. Enfin, elle est confrontée à la nécessité de maintenances exceptionnelles sur de gros composants. « Ceci est accentué dorénavant par un vieillissement des installations« , souligne l’IRSN. Là encore, la remarque est importante dans le cadre de la prolongation de la durée de vie des installations. Face à ces difficultés, EDF a tendance à repousser ses programmes de maintenance préventive, c’est à dire la révision, la réparation ou le remplacement des équipements avant que survienne une avarie. Il s’agit d’« [une] pratique contestable [qui] peut faire perdre le bénéfice du caractère préventif d’un suivi », insiste l’Institut. Conséquence : l’IRSN juge que « les programmes de maintenance actuellement d’application sur site ne sont pas suffisants« .

Fuites d’effluents radioactifs liquides

Sur le plan environnemental, le principal point d’attention de l’IRSN concerne le confinement des liquides radioactifs. « Sur la période 2012-2014, le nombre d’événements en lien avec le confinement liquide a augmenté« , constate l’Institut qui rappelle que les fuites liquides peuvent conduire à un marquage radioactif des sols et sous-sols. Ces défauts d’étanchéité de certains moyens de stockage d’effluents liquides soulèvent des questions : le vieillissement des installations et la qualité de l’exploitation sont en cause. L’IRSN pointe du doigt les centrales nucléaires de Gravelines (Nord) et de Paluel (Seine-Maritime). Selon EDF, leurs installations de stockage souffrent de l’air salin. Mais pour l’IRSN, l’explication se trouve aussi ailleurs : EDF a appliqué « de manière imparfaite » les contrôles demandés au titre de la maintenance préventive. De plus, « malgré la gravité des défauts constatés à Gravelines, aucune opération de contrôle complémentaire des revêtements internes des réservoirs des autres sites, notamment de ceux situés en bord de mer, n’a été entreprise par EDF (hormis à Paluel) », critique l’Institut.

Quant aux déversements accidentels de liquides radioactifs, ils font l’objet d’un renforcement des procédures. Ainsi, pour éviter que les déversements accidentels n’atteignent l’environnement, EDF a installé des bassins de confinement sur sept centrales et des obturateurs gonflables sur le réseau d’égouts des autres sites. L’IRSN indique que « des dysfonctionnements des obturateurs ont été constatés sur certains sites ». EDF mène l’enquête pour identifier l’origine de ces dysfonctionnements.

Article de Philippe Collet, journaliste rédacteur spécialisé 

http://www.actu-environnement.com/ae/news/reacteurs-nucleaires-prolongation-vie-irsn-difficultes-edf-28392.php4