«

»

Mar 07

11 MARS 2011 – 11 MARS 2017 : LA QUADRUPLE CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA CONTINUE

FukuLe 11 mars 2017, date anniversaire du début de la catastrophe nucléaire mondiale de Fukushima,  s’élèvera sur l’ensemble de la planète le cri de refus du nucléaire, l’exigence de mettre un terme définitivement à cette ignominie sanitaire et totalitaire. Dans la zone de la quadruple catastrophe atomique de Fukushima-Daïchi, jusqu’à 15 500 salariés s’activent quotidiennement, dans la sueur et la mort, en des travaux interminables et désespérés de décontamination. Les enfants pissent de la radioactivité dans leurs urines, la mort rôde.
Dans la zone de la quadruple catastrophe atomique de Fukushima-Daïchi, dans laquelle le lobby nucléaire français est pleinement impliqué car Areva a fourni le « mox » du réacteur n°3 dont le corium mortellement radioactif est on ne sait où, jusqu’à 15 500 salariés s’activent quotidiennement, dans la sueur et la mort, en des travaux interminables et désespérés de décontamination.  La mort embauche.
Les déchets radioactifs, en énormes quantités seront incinérés pour tenter dans réduire les volumes, selon la stratégie adoptée par le lobby atomique nippon;  puis entreposés là où il y de la place en fonction des lieux et du niveau de contamination. Les autorités japonaises en envisagent un stockage définitif. Mais où et sous quelle forme et pour combien de milliers d’années ? Mystère et boule de gomme comme en France et dans les autres pays nucléarisés.

Ici et là, les sacs de déblais recouverts de bâches parsèment le paysage : le sol gorgé de césium137 est raclé sur 10 cm et stocké dans ces sacs dont la durée de vie n’excède pas trois ans et qu’il faudra enterrer quelque part avant qu’ils ne cèdent. La Terre est une poubelle pour les nucléaristes.

La décontamination consiste à racler les sols contaminés, couper les herbes, ramasser les végétaux morts, émonder les arbres et arbustes, et mettre le tout dans des sacs qui s’entassent un peu partout et un peu plus loin et  toujours plus haut chaque jour qui passe.(1)

Pour lire la suite de l’article : http://www.coordination-antinucleaire-sudest.org/

(1) plus de 1 100 énormes réservoirs contenant plus de 961 000 m3 d’eau contaminée (soit un volume dépassant la capacité de 380 piscines olympiques) ont avalé des hectares d’espaces boisés. Tepco a remplacé ceux qui fuyaient par des conteneurs soudés et plus seulement vissés. En effet, chaque jour, entre 200 et 400 m3 d’eau souterraine et de pluie s’infiltrent dans les bâtiments de Fukushima-Daiichi : Tepco pompe quotidiennement environ 300 m3 dans le sous-sol de la centrale qui enfermerait près de 60 000 m3 de liquide très radioactif. Et pour le refroidissement du corium, 286 m3 d’eau fraîche sont injectés quotidiennement dans les trois réacteurs.