«

»

Mar 18

LE SECRÉTAIRE D’ÉTAT AMÉRICAIN REX TILLERSON VEUT S’ALLIER AVEC LA CHINE SUR LE NUCLÉAIRE

Rex TillersonLe secrétaire d’État américain Rex Tillerson a prôné samedi un rapprochement de la coopération entre les États-Unis et la Chine pour intervenir relativement au programme nucléaire de la Corée du Nord, en marge de sa première rencontre avec des diplomates chinois.

La visite de Rex Tillerson à Pékin survient au lendemain de l’avertissement qu’il a lancé, à partir de la Corée du Sud, d’une possible intervention militaire préventive des États-Unis contre la Corée du Nord. Il avait fait valoir qu’une telle mesure pourrait être mise de l’avant si la menace que comporte le programme nucléaire du pays asiatique atteint un niveau jugé suffisamment élevé pour nécessiter une prise d’action.

La Chine, qui est la source de soutien première de la Corée du Nord tant sur le plan diplomatique qu’économique, n’a pas directement répondu à l’appel lancé par M. Tillerson samedi.

Le secrétaire d’État américain a insisté sur la nécessité d’une relation avec la Chine «axée sur les résultats» après s’être entretenu avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

Tillerson a soutenu que son homologue et lui se sont mis d’accord sur l’importance de «corriger le cap» emprunté par Pyongyang avec son programme nucléaire, insistant du même coup sur le l’urgence qu’exige selon lui la situation.

De son côté, le ministre Wang a réitéré l’appel de la Chine pour un dialogue entre les États-Unis et la Corée du Nord. Il a par le fait même dit considérer la visite de M. Tillerson comme un pas important qui est franchi en vue de l’éventuelle rencontre entre le président chinois, Xi Jinping, et son homologue américain, Donald Trump, prévue pour plus tard ce mois-ci.

Plus tard dans la journée, M. Tillerson a rencontré Yang Jiechi, un haut conseiller du président Xi. Il doit également rencontrer le président lui-même dimanche matin avant son retour aux États-Unis.

http://journalmetro.com/monde/1104872/tillerson-veut-sallier-avec-la-chine-sur-le-nucleaire/