«

»

Mar 22

UN ACCIDENT NUCLÉAIRE MAJEUR EST POSSIBLE

accident majeurL’histoire du nucléaire de par le monde est ponctuée d’incidents plus ou moins graves : il n’existe pas d’énergie nucléaire 100% sûre. La France est-elle suffisamment préparée pour protéger ces citoyens en cas d’accident nucléaire ? Fermetacentrale s’interroge…

Juste quelques semaines après le 6e anniversaire de l’accident nucléaire de Fukushima, alors qu’un tribunal japonais vient de reconnaître vendredi 17 mars la culpabilité de l’État et de la société Tepco dans cette catastrophe, force est de constater que la note est salée, les taux de radiations restent simplement effrayants et la situation loin d’être sous contrôle(1). Impossible aussi de ne pas évoquer Tchernobyl, dont le nuage radioactif épargnait miraculeusement la France, il y a plus de 30 ans… Aujourd’hui encore, le site se dote d’un nouveau sarcophage pour couvrir le réacteur n°4, car la radioactivité s’en échappe toujours.

La France, prête à affronter un accident nucléaire grave ?

Car oui, un accident nucléaire majeur est possible, même en France ! Le 18 janvier 2017, Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) annonçait même : « concernant les installations nucléaires, il y a un an, le contexte était préoccupant à moyen terme. Si je devais résumer ma pensée aujourd’hui, je dirais que le contexte est préoccupant. J’enlève ‘à moyen terme’».

Au niveau national,  nombreux sont les réacteurs qui vont passer le cap des 40 ans et demander une prolongation de leur durée de vie. Or,  les réacteurs nucléaires français ont été pensés et conçus pour une durée limite de 30 ans. Leur fermeture est donc un enjeu majeur alors que toute la filière est en grande difficulté financière et que l’ASN réclame des fermetures depuis plusieurs mois.

Parallèlement, les chantiers de construction de grandes installations nucléaires sont confrontés à des difficultés ou des retards (RJH, ITER, EPR (European Pressurized Reactor), etc.), dont un problème majeur de sûreté concernant la cuve de l’EPR de Flamanville, où un départ de feu entraînant une détonation s’est produit dans la salle des machines du réacteur n°1 début février 2017, et sur laquelle l’ASN doit rendre un avis mi-2017.

Soutenons Fermetacentrale

Fermetacentrale est un mouvement citoyen qui veut interpeller la classe politique et les candidats à l’élection présidentielle pour revendiquer l’indépendance et l’autonomie énergétique sur l’ensemble du territoire français.

2016 année noire pour le nucléaire français

Des anomalies techniques ont été détectées sur certains générateurs de vapeur des réacteurs d’EDF, si bien que douze réacteurs ont été mis à l’arrêt. D’autre part, il est avéré qu’Areva a falsifié des documents au Creusot, des pratiques totalement inacceptables dans la filière nucléaire, puisque pouvant entraîner un risque majeur pour tout le pays.

Dernièrement, la distribution de pastilles d’iode a été renforcée pour les citoyens résidant dans un rayon de 10 km autour des centrales du pays, ce qui laisse aussi à penser que des incidents non rapportés pourraient avoir lieu régulièrement dans nos centrales vieillissantes

Les propositions de Fermetacentrale

La sécurité des populations doit passer avant les enjeux financiers. Ainsi, il importe de ne pas prolonger la durée de vie des centrales nucléaires et de fermer les centrales en fin de vie, soit 19 réacteurs nucléaires sur les cinq prochaines années, et 14 autres sur les cinq suivantes.

Pallier à la perte de production électrique, le plan de démantèlement de ces réacteurs doit être accompagné d’un financement des énergies renouvelables sur cette même période.

http://www.consoglobe.com/un-accident-nucleaire-cg