«

»

Avr 17

« LES CANDIDATS N’ONT PAS CHIFFRÉ PRÉCISÉMENT LA SORTIE DU NUCLÉAIRE »

11 candidatsQue proposent les candidats à la présidentielle sur les questions d’environnement ? nos journalistes spécialisés Gary Dagorn, Stéphane Foucart et Pierre Le Hir ont répondu à vos questions.

A l’occasion de notre journée spéciale #AvantLeVote, nos journalistes spécialisés Gary Dagorn, Stéphane Foucart et Pierre Le Hir ont répondu, dans un tchat, à vos questions sur le contenu des programmes en matière d’environnement des candidats à la présidentielle.

-Rémi : Comment le rapport de l’ADEME sur le 100 % renouvelable a-t-il été intégré au programme des candidats ?

Trois candidats proposent de passer à 100 % d’énergies renouvelables en 2050 (Mélenchon, Hamon et Poutou). L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a effectivement commandé, en 2015, une étude montrant qu’un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 était possible. Mais les candidats ne se réfèrent pas directement à cette étude. En réalité, Hamon et Mélenchon vont même plus loin en proposant un mix énergétique 100 % renouvelable en 2050 (et non pas un mix électrique). Rappelons que l’électricité ne représente que 25 % de l’énergie totale consommée en France.

Le scénario 100 % renouvelable en 2050 est celui qui est porté par l’association d’experts NégaWatt.

-Kat : Que deviennent les Accords de Paris en fonction des candidats ?

Aucun candidat ne propose de revenir sur l’Accord de Paris, adopté en décembre 2015 à l’issue de la COP 21, signé le 22 avril 2016 et entré en vigueur le 4 novembre.

-Nicolas : L’un d’eux a-t-il chiffré la sortie du nucléaire ?

Les candidats n’ont pas chiffré précisément la sortie du nucléaire. Ce chiffrage est très complexe à réaliser, car il dépend de la consommation d’électricité dans les prochaines décennies, des coûts futurs du nucléaire et des énergies renouvelables… Les études réalisées indiquent que sortir du nucléaire ou y rester se chiffrera en centaines de milliards d’euros. Ajoutons que les coûts du nucléaire futur (EPR) seront beaucoup plus importants que ceux du parc nucléaire déjà amorti, alors que ceux du renouvelable ne cessent de diminuer.

-Maxarion : Y a-t-il déjà eu une étude estimant le nombre de postes que créerait une transition écologique 100 % renouvelable, comme le souhaitent Mélenchon ou Hamon d’ici 2050 ?

En France, la filière nucléaire représente aujourd’hui environ 220 000 emplois directs et indirects. En face, le secteur des énergies renouvelables représente déjà 100 000 emplois directs et indirects selon le syndicat professionnel. Ce nombre pourrait doubler d’ici à 2023 si les objectifs de la loi de transition énergétique, adoptée en 2015, sont respectés.

Ajoutons que l’arrêt d’une centrale nucléaire ne signifie pas la suppression de tous ces emplois : EDF estime que les activités de démantèlement occuperont entre 10 % et 20 % de l’effectif durant la phase d’exploitation. L’Ademe, elle, estime qu’en 2050 un mix électrique entièrement renouvelable créerait entre 800 000 et 900 000 emplois de plus qu’un système énergétique inchangé.

-djo : En matière de nucléaire, les candidats qui sont pour une diminution des centrales nucléaires « classiques » (à eau pressurisée) seraient-ils favorables à l’exploration de centrales nucléaires à sels fondus ? Une autre technologie, connue depuis des années, et jamais exploitée.

Non, les candidats qui sont favorables à la sortie du nucléaire se prononcent pour un abandon total de cette filière. Seuls Nicolas Dupont-Aignan et Jacques Cheminade, qui soutiennent la filière atomique en France, mentionnent cette technologie dans leurs programmes…

-Thierry : Comment les candidats Mélenchon et Hamon comptent-ils concilier forte baisse des émissions de CO2 et sortie du nucléaire ? Les Allemands n’y sont pas arrivés : les émissions ne baissent pratiquement plus depuis six ans, et elles restent à un niveau très élevé, malgré des centaines milliards d’euro investis dans les énergies renouvelables. Que comptent faire de plus, ou de différent, nos candidats pour satisfaire les engagements climatiques de la France qu’ils disent soutenir ?

Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon proposent une sortie complète du nucléaire d’ici à 2040 (arrêt de fonctionnement au bout de quarante ans de service pour chaque réacteur pour Mélenchon et une fermeture sur une génération, soit 25 ans, pour Benoît Hamon). La décrue sera donc relativement rapide mais progressive. Un élément important à prendre en compte est que le nucléaire ne représente que 75 % de l’électricité produite en France, qui elle-même ne représente que 25 % de la consommation énergétique. On ne parle donc au total que de remplacer 19 % du mix énergétique français.

Les gros postes de consommation et d’émissions de gaz à effet de serre sont les transports et le bâtiment…

Propos recueillis par Stéphane Foucart, Pierre Le Hir et Gary Dagorn

Pour lire la totalité de l’article, cliquer sur :

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/04/17/les-candidats-n-ont-pas-chiffre-precisement-la-sortie-du-nucleaire_5112628_4854003.html