«

»

Avr 19

LE PORTE-AVION NUCLÉAIRE ENVOYÉ VERS LA CORÉE DU NORD… SE TROUVE EN FAIT À 5000 KM DE LÀ

porte avionsMoins de deux jours après une frappe en Syrie, les États-Unis envoyaient un porte-avion vers la péninsule coréenne, pour répondre aux tests nucléaires du régime de Kim Jong-Un. Du moins le croyait-on…

« Faut pas croire ce que disent les journaux« , préconisait Daniel Balavoine. Qui, s’il vivait encore de nos jours, aurait peut-être modifié son refrain pour mentionner l’administration Trump. Celle-ci avait annoncé, le 9 avril dernier, avoir envoyé vers la Corée du Nord une imposante flotte, composée du porte-avion nucléaire Carl Vinson, de son escadron aérien, de deux destroyers lanceurs de missiles et de deux croiseurs lanceurs de missiles. L’idée étant alors de dissuader Pyongyang de poursuivre ses essais nucléaires. Mais il pourrait s’être agi d’un énorme coup de bluff. Plusieurs médias américains, dont les très sérieux The Washington Post et The New York Times, relaient en effet une photo de l’US Navy montrant que ladite flotte a pris en fait… la direction opposée, pour se trouver actuellement entre deux îles indonésiennes, très au Sud-Ouest.

Il faut se souvenir que c’est l’envoi supposé de cette flotte, et plus particulièrement du porte-avion Carl Vinson, qui avait fait grimper la tension dans toute la région. Cette psychose avait d’ailleurs été savamment entretenue. Harry Harris, porte-parole de l’US Pacific Command et auteur de l’annonce initiale du 9 avril, avait alors qualifié la Corée du Nord de « menace n°1 dans la région« , « en raison de son programme de missiles irresponsable, déstabilisateur et imprudent, et de la poursuite de ses recherches en vue de disposer d’armes nucléaires. Le 11, le général Jim Mattis, Secrétaire à la Défense des États-Unis, affirmait même que le Carl Vinson « sera bientôt dans la péninsule coréenne« … Et puis le 12, Donald Trump, dans une interview à Fox Business Network, confirmait : « Nous leur envoyons une armada, très puissante. » 

Du coup la plupart des médias ont suivi, Fox News allant jusqu’à assurer, le 14 avril, que la flotte « fonce » vers la Corée du Nord. En conséquence de quoi, dès le lendemain, le monde entier avait les yeux tournés vers Pyongyang, où l’on célébrait l’anniversaire du fondateur de la nation, Kim Il Sung, tandis que chacun craignait une frappe américaine imminente… 

Sauf qu’à ce moment-là,  5000 km séparaient déjà le Carl Vinson de la péninsule coréenne, comme en atteste la photo de l’US Navy initialement dévoilée par le site Defense News. Qui relate ce vendredi, sources internes à la Navy à l’appui, que la flotte est restée depuis au même endroit et prend part à « des exercices prévues de longue date en compagnie des forces armées australiennes dans l’Océan Indien« . Sollicitée par The Washington Post, l’administration Trump  a répondu que le porte-avion et son escorte « transitent » dans l’ouest du Pacifique, sans donner plus de précisions. De leur côté, les médias chinois se sont, eux, littéralement réjouis d’apprendre que les bateaux ne se trouvent pas là où on le croyait.

Hamza Hizzir

http://www.lci.fr/international/le-porte-avion-nucleaire-que-donald-trump-affirme-avoir-envoye-vers-la-coree-du-nord-se-trouve-en-fait-a-5000-km-de-la-2045398.html