«

»

Mai 17

LE TANDEM MACRON-PHILIPPE ÉLECTRISE L’ACTION EDF

Macron PhilippeLa nomination du “premier” chef de gouvernement de l’ère Macron a visiblement donné des ailes au titre EDF qui s’envole de plus de 7% à la Bourse de Paris, considérant le nouveau Premier ministre comme favorable à la filière nucléaire, notamment au regard de son passé de lobbyiste chez Areva.

À peine nommé et encore à la tête d’un gouvernement en gestation – l’annonce officielle ayant été retardée de 24 heures en raison de vérifications fiscales poussées des potentiels ministres – qu’Édouard Philippe électrise déjà la Bourse de Paris. En effet, le nouveau locataire de Matignon a notamment galvanisé les investisseurs d’EDF dont le titre a terminé en hausse de 7,08%, soit sa meilleure performance depuis juillet dernier, surperformant allègrement l’indice européen Stoxx 60. Une progression qui pose question…mais qui trouve sa source dans la « biographie » du nouveau chef du gouvernement, passé par Areva – entre deux incursions en politique- où il officiait en tant que directeur des Affaires publiques.

Une « étape » de carrière qui a visiblement convaincu les opérateurs. « Le président français, occupé à couler la droite après avoir mis la gauche au tapis, fait gagner 1,5 milliard d’euros de capitalisation boursière à EDF. Comment ? En choisissant Édouard Philippe comme Premier ministre ! », s’emballe Tangi Le Liboux, analyste marchés chez Aurel BGC cité par Reuters. Pourquoi, dès lors, la Bourse ne s’emballe que ce mardi alors que – même si cela a été extrêmement long à se dessiner- Édouard Philippe a été intronisé à Matignon hier à 15H, soit en « pleine » séance, ce qui n’avait alors pas ému outre mesure les marchés actions.

« Nucléaire-compatible »

« Les marchés n’ont pas immédiatement réagi hier car le maire du Havre reste inconnu du grand public », détaille l’intermédiaire. Et de poursuivre. « Mais la nuit passée et après la lecture d’une biographie ou deux du protégé d’Alain Juppé, EDF, Engie ou encore Direct Énergie ont progressivement intégré depuis l’ouverture ce matin le passé d’ancien lobbyiste pour le compte d’Areva du nouveau Premier ministre français ». Trois années dans la marmite Areva (2007-2010) ont visiblement suffi à l’ancien maire du Havre de bénéficier de l’onction des investisseurs.

Un postulat nucléaire-compatible qui a donc permis aux autres valeurs du secteur susmentionnées de gagner du terrain. Concernant plus spécifiquement EDF, c’est la deuxième fois en une semaine que le titre de l’électricien public se retrouve propulsé sous les feux des projecteurs, galvanisé par des indicateurs d’ordre politiques. En effet, mardi dernier, une information de Reuters a fait état de la volonté d’Emmanuel Macron d’avancer à pas feutrés sur la question nucléaire.

Un pragmatisme qui séduit les marchés

Ainsi, selon l’agence de presse, Emmanuel Macron se voudrait pragmatique en matière de réduction de la part du nucléaire en France…au point de reporter, si nécessaire, l’objectif fixé aujourd’hui par la loi. Une perspective qui a permis au groupe de Jean-Daniel Levy de bondir en Bourse de près de 4%. Une solide semaine pour l’ancien pensionnaire du CAC 40 – autrefois plus grosse capitalisation de l’indice – qui renoue ainsi – avec la hausse du jour – avec ses plus hauts de la mi-décembre.

Une période qui renvoie à une fin d’année délicate pour le groupe qui avait alors dévoilé des prévisions 2017 résolument décevantes – et une baisse inattendue de l’excédent brut d’exploitation – que n’avaient pas manqué de sanctionner les marchés, le titre s’effondrant de plus de 12% lors de la seule séance du 15 décembre. Un « mauvais souvenir » effacé grâce à un chef d’État et un gouvernement pas encore officiellement en ordre de marche. Suffisant pour faire le bonheur d’EDF.

https://www.forbes.fr/finance/le-tandem-emmanuel-macron-edouard-philippe-electrise-laction-edf-bourse/

NDLR: et Hulot qui entre dans un tel gouvernement!