«

»

Juil 31

MACRON FACE À LA NOUVELLE GUERRE FROIDE AMÉRICAINE (CONSORTIUM NEWS)

MacronLe président français, Emmanuel Macron, s’est positionné comme un éventuel arbitre pour faciliter une réduction des tensions entre les États-Unis et la Russie, une démarche qui a du sens pour la France, mais qui peut provoquer les faucons officiels de Washington qui veulent intensifier la nouvelle guerre froide.

Quelques extraits de l’interview de Diana Johnstone (DJ) par Dennis Bernstein (DB) :

DJ :…Essayer de criminaliser et d’interdire tout contact à un niveau plus ou moins officiel avec les Russes va au-delà de la pratique diplomatique traditionnelle, même en temps de guerre. Je pense que le problème à Washington est qu’il y sévit un véritable Parti de la Guerre prêt à aller jusqu’à la guerre nucléaire pour empêcher que la Russie puisse mettre en question l’hégémonie américaine…

DB : Vous écrivez dans le livre : ’Théoriser sur la guerre nucléaire était une sorte d’exercice de virtuose dans la création d’un monde imaginaire dans lequel toutes les déclarations doivent être cohérentes les unes avec les autres, mais rien ne doit être cohérent avec la réalité, car il n’y avait aucune réalité pour les valider’.

DJ : C’est la description par mon père de ce qu’ils faisaient. Il en était évidemment plus conscient que la plupart de ses collègues. Il connaissait bien Paul Nitze qu’il trouvait personnellement sympathique. Mais il ne comprenait pas comment une personne aussi cultivée que Nitze pouvait être si aveugle sur l’Union soviétique, en pensant qu’ils voulaient sans cesse nous attaquer.

Aujourd’hui, nous voyons la même mentalité, des gens apparemment intelligents qui sont totalement paranoïaques envers la Russie. Vous savez, le mouvement contre la guerre pensait avoir appris quelque chose du Vietnam, mais c’est le Parti de la Guerre qui a appris à bien contrôler l’opposition. Aujourd’hui il n’y a plus d’opposition sérieuse à la guerre.

DB : Un des points importants soulignés dans votre livre est que, quoiqu’en disent les analystes, une guerre nucléaire entraîne une destruction mutuelle.

DJ : Parfois, les analystes l’ont reconnu dans le passé mais la planification continue. C’est de la folie. L’irréalisme de ce qui se passe au Pentagone trouve sa contrepartie dans à l’irréalisme que l’on constate maintenant dans les milieux dirigeants à Washington. Il y a la folie de la planification de guerre au Pentagone : ’Nous avons ces nouvelles armes merveilleuses, maintenant décidons comment les utiliser’. Et en même temps, une folie croissante a pris possession de la classe politique qui dit : ’Ouais, génial, on y va !’

C’est une situation incroyablement dangereuse et les gens semblent endormis. Nous avons vu des milliers de femmes dans les rues pour protester contre une remarque que Trump avait faite il y a onze ans, mais on ne dit rien pour empêcher que le monde n’explose d’une minute à l’autre. Il me semble qu’il y a une absence de priorités aux États-Unis chez ceux qui gardent un peu de santé morale.

DB : La première partie de votre livre est intitulée ’The World of Target Planning’.

DJ : Cela a commencé dans la Deuxième Guerre mondiale. A l’origine de sa carrière, mon père travaillait au ministère de l’Agriculture avec Henry Wallace, c’était le cœur du New Deal, ce qui comptait était d’aider les gens à vivre bien dans la paix. Après 1941, Wallace et mon père se trouvaient dans la guerre économique contre l’ennemi. Le pays n’en est jamais sorti.

La religion des États-Unis est devenue la destruction totale de l’ennemi. Avec nous, c’est toujours la capitulation inconditionnelle. Il ne suffit pas de vaincre un ennemi, il faut le détruire. Ceci est étroitement lié à la possession d’armes nucléaires, à l’idée de destruction totale plutôt qu’à une simple défaite. Ça fait partie de l’extrême arrogance intégrée dans la culture américaine : nous ne devons jamais perdre, nous devons toujours gagner. […]

Des études très importantes sur les bombardements stratégiques au cours de la Seconde Guerre mondiale ont conclu que ce n’était pas le bombardement stratégique qui a gagné la guerre. Cependant, ce mythe a été perpétué jusqu’à nos jours, que le bombardement stratégique gagne des guerres. Cela continue parce que l’armée de l’air a besoin de beaucoup d’argent pour continuer son business…

…Tout cela semblait diminuer un peu avec la reconnaissance de la notion de « destruction mutuelle assurée ». Le problème est que, depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’arrogance des États-Unis – qui a fait que Truman, par exemple, décide de larguer la bombe atomique sur le Japon après que le Japon ait déjà été vaincu – est de retour, de plus en plus radicale.

Lorsque Poutine, en 2007, a déclaré qu’il voulait un monde multipolaire plutôt qu’un monde unipolaire, alors la Russie et Poutine sont devenus l’ennemi. De plus, nous avons Dieu et le dollar de notre côté et nous pouvons faire n’importe quoi. Au cours de la guerre froide, il y avait une certaine prudence au sommet, chez Eisenhower et Kennedy. Aujourd’hui, toute prudence s’est évaporée. Quelqu’un comme Steven Cohen, par exemple, un authentique expert sur la Russie, est effectivement marginalisé parce qu’il n’est pas sur la ligne antirusse. Quand le Président élu semble vouloir faire la paix avec Poutine, il est traité par les médias, les services de renseignement et même des membres de son propre parti comme un traitre en puissance…

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer sur :

https://www.legrandsoir.info/macron-face-a-la-nouvelle-guerre-froide-americaine-consortium-news.html

Traduction VD pour Le Grand Soir, révisée et légèrement amendée par l’interviewée.