«

»

Août 18

BURE: S’OPPOSER AU PROJET NUCLÉAIRE CIGÉO REVIENT À ÊTRE UN «DISSIDENT DE L’ÉTAT»

BureDeux jours après les échauffourées de Bure au cours desquelles se sont affrontés la gendarmerie et les opposants au projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires, Sputnik donne la parole aux écologistes qui évoquent l’ampleur du danger et expliquent pourquoi certains détails du projet sont passés sous silence.

Trois cents à mille personnes ont manifesté plus tôt cette semaine dans la Meuse contre le projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires près du village de Bure. Les incidents, qui ont fait six blessés graves, ont éclaté après un week-end de calme où s’est déroulé le Festival de Bure qui a réuni autour d’une même table écologistes et partisans du stockage souterrain. Deux jours après les manifestations, au cours desquels est intervenue la gendarmerie qui — pour disperser la foule — a fait usage de canons à eau, de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène, Sputnik a tendu son micro aux représentants du camp écologiste et les a interrogés au sujet de leurs préoccupations.

Silence de Nicolas Hulot

Pourquoi le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot garde-t-il le silence? C’est cette question qui préoccupe Jean-Marc Fleury, membre du parti Europe Écologie les Verts et président de l’Éodra (association des élus opposés à Cigéo).

«Il suffirait juste qu’on entende maintenant le ministre de l’Écologie là-dessus, on n’a encore pas entendu. Ce que je crains, c’est que Nicolas Hulot quand il est entré au gouvernement, il a accepté le deal: qu’on lui a dit « on arrête Notre-Dame-des-Landes et en contrepartie t’avalera deux-trois couleuvres« , dont Bure, je pense. J’espère me tromper. Je pense que c’est pour ça qu’on n’entend pas Nicolas Hulot», indique-t-il dans son commentaire.

https://fr.sputniknews.com/france/201708171032684153-bure-dechets-nucleaires-ecologie/