Août 20

PEUT-ON SORTIR DU NUCLÉAIRE ?

WWFTrop risqué, économiquement très cher, le nucléaire est pour le réseau WWF une énergie du passé qui dessine une voie sans issue pour notre avenir énergétique.

Pour réduire les émissions des gaz à effet de serre et assurer à tous l’accès à l’énergie, de nombreuses voix s’élèvent pour proposer la relance des programmes électronucléaires. Ceci alors que, depuis plus de dix ans, de nombreux rapports mettent en perspectives les faiblesses de cette énergie :

  • Épuisement des ressources mondiales en uranium.
  • Dangerosité de l’ensemble de la chaîne de transformation des matières nucléaires (depuis les exploitations minières jusqu’aux déchets radioactifs) qui aboutit à l’absence de réponses satisfaisantes concernant le stockage des déchets.
  • Investissements colossaux nécessités par le nucléaire (recherche, construction des centrales et sûreté) drainent des fonds qui auraient plus d’efficacité dans des programmes d’économies d’énergie et d’énergies renouvelables, approches moins coûteuses et plus sures pour réduire les pollutions.
  • Facture exponentielle du démantèlement des centrales en fin de vie.
  • Coûts humains et économiques excessivement élevés des accidents majeurs comme Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011) qui font du nucléaire une technologie qui ne peut être assurée.

Un coût sous-estimé

Pour ces raisons, le WWF soutient donc pleinement les politiques nationales d’abandon du nucléaire et demande, avec les autres ONG travaillant sur l’énergie, que les États n’augmentent pas la part du nucléaire sous prétexte de lutte contre le changement climatique.
Nous pensons en effet que le coût de cette énergie est profondément sous-estimé en raison de la sous-évaluation des charges futures du démantèlement des installations nucléaires et de la gestion de nos déchets radioactifs. C’est ce que révèle d’ailleurs le rapport de la Cour des comptes de janvier 2012.
En France, si le nucléaire représente 80% de la production nationale d’électricité aujourd’hui (ce qui équivaut à 16% de la demande finale d’énergie), une part importante des 58 réacteurs français approche de la fin de vie.
Au regard de l’absence de données fiables et transparentes concernant les coûts de maintenance de la filière et l’aval du cycle nucléaire, le WWF France considère qu’une révision urgente des évaluations des coûts relatifs au démantèlement des installations nucléaires françaises s’impose afin de permettre aux générations à venir de connaître le vrai coût de la sortie du nucléaire en France.
C’est la raison pour laquelle, lors du débat national sur la Transition Énergétique, le WWF a porté une proposition innovante de création d’un fonds indépendant.
En mobilisant l’argent provisionné par les opérateurs du nucléaire pour le démantèlement des centrales et la gestion des déchets radioactifs, ce fonds permettrait de financer la transition vers un nouveau modèle énergétique, plus sobre et substituant les énergies renouvelables aux fossiles et aux nucléaires.

http://www.wwf.fr/nos_priorites/promouvoir_la_transition_energetique/peut_on_sortir_du_nucleaire__/