Sep 02

12 SEPTEMBRE : PROCÈS-BAILLON D’AREVA CONTRE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION : LES PIÈCES À CHARGE

ProcèsCommuniqué de la Coordination antinucléaire du Sud-Est :

Face au pot de fer et à la vindicte des tenants de la destruction atomique, l’individu et le collectif citoyen n’ont d’autres armes que la parole jointe à l’acte. D’un côté, les suprémacistes : la violence de la domination institutionnelle et de la prédation économique, environnementale, sur le vivant; et de l’autre : des individus divers et variés en état de légitime défense, en Résistance. Ce procès en diffamation, procès-bâillon intenté par Areva contre la CAN-SE et notre compagnon Jean, est à l’image du totalitarisme rampant qui gangrène la société. Afin que chacun-e sache et puisse agir, nous publions donc, nos propres armes : celles de la connaissance et de la conscience. Voici les pièces à conviction du crime nucléaire et de l’implication d’une entreprise qui ne veut pas être nommée.

« La préparation d’un crime est un crime » à propos du nucléaire (bombe atomique), Jean Rostand (biologiste, historien des sciences et académicien français)

« Il serait bon que l’esprit humain se réveille, qu’il ait le courage de protester. », Théodore Monod (scientifique naturaliste)

La plainte d’Areva porte sur 4 portions de phrases extraites d’un article du blog militant antinucléaire de la Coordination antinucléaire du sud-est en date du 27 juillet 2014 titré : «  Avignon : les élus EELV se couchent devant Areva » (à l’occasion d’un don de 40 000€ d’Areva à la Mairie d’Avignon) :

  • « le géant de la mort nucléaire, Areva.» in « Elle (la municipalité d’Avignon) vient de signer une nouvelle convention de « mécénat » avec le géant de la mort nucléaire, Areva. »
  • « … Areva n’hésite pas à contaminer et tuer ailleurs d’autres enfants comme à Fukushima… » in «Lors du vote des deux délibérations visant à signer une convention de mécénat entre la Ville et la « Fondation d’entreprise Areva » (une « action culturelle » locale pour des enfants alors que Areva n’hésite pas à contaminer et tuer ailleurs d’autres enfants comme à Fukushima), les trois élus EELV ont fui le débat et sont allés… aux WC. »
  • «… des crimes d’Areva un peu partout dans le monde et en vallée du Rhône… » in « Pas un mot contre cette convention, pas une explication des crimes d’Areva un peu partout dans le monde et en vallée du Rhône, pas un appel à un peu d’éthique et de morale. Rien, le néant. »
  • « … fabricant et fournisseur du « Mox » de la centrale de Fukushima qui a explosé… » in « Déjà à Avignon, en 2011, l’exposition « Égypte ancienne » avait reçu des milliers d’euros d’Areva, tandis que depuis 2012 AREVA-Melox-Marcoule (fabricant et fournisseur du « Mox » de la centrale de Fukushima qui a explosé) est le partenaire officiel de « Avignon Tourisme ». »

L’audience du 12 septembre 2017 a lieu devant la 17ème chambre correctionnelle (« Presse« ) à 13h30.  Un rassemblement de soutien est organisé devant le Palais de justice (Ile de la cité Paris 1er) à partir de 11h30.

Préalable sur la forme

Dans ce « procès de presse » (les sites internet sont considérés comme des médias relevant du régime de la presse) contre la Coordination antinucléaire du sud-est qui est un collectif informel sans chef ni leader, la procédure d’instruction a été constamment instrumentalisée par Areva afin de trouver parmi un groupe de 200 personnes un « bouc émissaire ».  Bien que Jean ne soit pas le Directeur de la Publication du site (cela a été répété tout au long de l’instruction) c’est lui qui est désigné à partir d’amalgames successifs approximatifs entre son engagement antinucléaire et ses diverses autres responsabilités hors lutte antinucléaire. 

Il n’existe aucun PV d’enquête de la BRDP (Brigade de Répression des Délits de Presse) signé par Jean (seuls 2 PV d’auditions devant la Juge d’instruction), aucun témoin à décharge n’a été auditionné bien que plusieurs personnes se soient manifestées spontanément, les courriels d’autres membres de la Coordination antinucléaire du sud-est attestant que Jean n’est pas Directeur de la Publication ont été occultés.

Toutefois, si le tribunal ne prend pas acte de cette procédure caduque, Jean défendra la liberté d’expression et le bien fondé des opinions critiques sans concession de la CAN-SE contre le crime nucléaire et les entreprises qui y participent.

Les preuves accablantes du crime nucléaire et de l’implication d’Areva

La légitimité des propos tenus dans l’article incriminé est attestée par un travail de recherche citoyenne approfondi et documenté, un croisement des sources d’informations contradictoires et de vérification, des démarches et actions de terrain contradictoires, un engagement éthique et humaniste en conformité avec l’intérêt légitime du but poursuivi par cet article et en conformité avec l’objet et le style d’expression de la CAN-SE.

Cette légitimité des propos reposent sur des faits vérifiables et sur des documents issus des institutions officielles du nucléaire elles-mêmes, d’Areva lui-même, d’articles de presse nationale et internationale, de rapports d’expertises indépendants et de scientifiques et médecins, de témoignages des victimes et familles de victimes du nucléaire et des activités d’Areva, d’enquêtes et livres d’auteur issus de laboratoires de recherche en sciences sociales, d’élus de la République

Nos pièces à charge (en défense) émanent de :

. 7 sources officielles Institutionnelles (Françaises, Internationales, Étrangères) : Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), Institut de Radio Protection et de Sureté Nucléaire (IRSN), Nuclear Regulatory Commission (NRC), Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Société Française de Radio Protection (SFRP), Académie des Sciences de New-York.

. 6 sources de l’Exploitant nucléaire Areva : Areva-Melox, Areva-Tricastin, Areva-Cadarache, Fondation Areva, Site Internet Areva, Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA).

. 4 sources institutionnelles locales : Municipalité d’Avignon, Musée Calvet d’Avignon, Palais des Papes d’Avignon, Avignon-Tourisme.

. 8 sources d’expertises indépendantes : Cabinet Syndex-Expert CHSCT, IndependentWho Santé et Nucléaire, Association Santé Environnement France (ASEF), Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT), Tribunal Russel contre le Crime Nucléaire Civil, Tchernobyl-Day, Greenpeace, Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité (Criirad).

. 12 sources médiatiques de presse et édition : Radio-France Internationale, Le Monde, France Info, Le Point, Antenne2 (Les Dossiers de l’Écran), Futura Sciences, Fukushima-Blog, OWNI, Le Dauphiné, Acte Sud, Wikipédia, Photographes à Tchernobyl, Photographes à Fukushima.

. 10 scientifiques et experts : Dr Alain Dubois (chercheur en biologie Muséum d’Hitsoire Naturelle/ INSERM), Mr J-Claude Kouyoumdjan (Biochimiste CHU Henri-Mondor Créteil), Dr Michel Brugnière (Médecin du Monde Afrique Gabon), Mr Dominique Laurier (chercheur Institut de Radioprotection et Sûreté Nucléaire), Mme Annie Thebaud-Mony (sociologue chercheur sante INSERM), Me William Bourdon et Me Joseph Breham (association Sherpa France), Mme Gabrielle Hecht (chercheuse-historienne de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et du CNRS), Dr Bernard Laponche (ingénieur de l’école polytechnique, Docteur ès sciences physique des réacteurs nucléaires, Docteur en économie de l’énergie, ancien ingénieur au CEA), Dr Michel Fernex (Docteur en médecine, Professeur émérite à la Faculté de Médecine de Bâle, membre de Scientific Working Groups à l’OMS), Mr Pierre Péguin (physicien retraité, Docteur ès sciences, Maître de conférences à l’Université Scientifique de Grenoble, directeur de thèse au CENG-CEA (Centre d’Études Nucléaires de Grenoble – CEA); 2 élus de la République : Didier Anger (ancien député européen, enseignant, président du CRILAN Comité de Réflexion, d’Information et de Lutte Anti Nucléaire), Vincent Delahaye (Conseiller Municipal d’Avignon).

. 13 Témoignages-vidéos de victimes et familles de victimes d’Areva :  Mmes les Mères de famille préparant le repas de manioc à Munana site uranifère d’Areva au Gabon, Mr Gilbert Mougnaud (ancien mineur Cogema-Areva Limousin France), Mme Rosette Yaganga (veuve de mineur Areva-Comuf Munana au Gabon), Famille Godet (expatriés d’Areva à sa mine d’uranium au Gabon), Mr Michel Leclerc (salarié sous-traité chez Areva-Comurhex Malvési Aude), Mr Moise Muele-Mossala (ancien-mineur mine d’uranium Comuf-Areva Munana au Gabon), Mr Jean-Jacques Mesure (soudeur à l’usine d’extraction Areva Saint-Pierre dans le Cantal France), Mr Serge Belli (sous-traitant Areva-Comurhex Malvési Aude), Mr Serge Venel (chef-mécanicien – aujourd’hui décédé – à la mine d’uranium Areva Arlit Niger), Mr Jean-Paul Seignol (chauffeur à l’usine d’extraction Areva Saint-Pierre dans le Cantal), Mr Albert Litonangaye (ancien mineur Comuf-Areva Munana au Gabon), Mme Odile Viadel (veuve de Alain Viadel salarié Areva-FBFC Tricastin en Drôme-Vaucluse), Mr Joseph (ancien mineur Areva à Munana au Gabon)
Afin de faciliter la lecture, notre site internet présente les pièces à charge contre Areva au regard des quatre prétendus propos diffamatoires…

Pour lire la totalité de l’article et ses nombreux documents, cliquer sur :

http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2017/08/20/Proc%C3%A8s-b%C3%A2illon-d-Areva-contre-la-libert%C3%A9-d-expression-%3A-Nous-ferons-du-12-septembre-une-d%C3%A9nonciation-publique-du-crime-nucl%C3%A9aire.-Nous-publions-les-pi%C3%A8ces-%C3%A0-charge