«

»

Sep 13

LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE BELLEVILLE-SUR-LOIRE PLACÉE SOUS SURVEILLANCE RENFORCÉE

Belleville 2L’autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé, ce mercredi 13 septembre, avoir placé la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) « sous surveillance renforcée ». La dégradation du niveau de sûreté constatée depuis 2016 et l’absence d’améliorations notables de la part d’EDF motivent cette décision.

Belleville-sur-Loire, dans le Cher, va voir sa centrale nucléaire placée sous surveillance renforcée. Cette centrale créée en 1980 et mise en service en 1987-1988 comporte deux réacteurs de 1300 mégawatts chacun. 771 salariés EDF et 217 salariés permanents d’entreprises prestataires y sont employés. En 2016, elle a produit plus de 16,7 milliards de kilowattheure (kWh), ce qui équivaut à 100% des besoins de la région centre et plus de 4% de la production nucléaire nationale. Ce mercredi, cette centrale est placée sous «surveillance renforcée» annonce l’autorité de sûreté nucléaire (ASN).

« Une hausse du nombre d’événements significatifs » (Autorité de sûreté nucléaire)

L’ASN précise avoir relevé en 2016 «plusieurs défaillances de l’exploitant (EDF, NDLR) dans l’identification et l’analyse des conséquences des anomalies affectant certains équipements importants pour la sûreté

Dans sa note d’information, le gendarme du nucléaire a également constaté une «hausse du nombre d’événements significatifs», dont huit étant classés au niveau 1 de l’échelle internationale de classement des événements nucléaires (INES: échelle allant de 0 à 7 ; 0 étant un écart, 7 un accident majeur). Lors de son communiqué de presse bilan de l’année 2016, la centrale avait en effet mentionné huit événements de niveau 1, et 34 de niveau 0, précisant tout de même qu’«aucun d’entre eux n’a eu d’impact sur le fonctionnement et la sûreté des installations».

En avril 2017 précise l’ASN, une inspection renforcée, avec l’appui de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), avait été menée. Des carences avaient déjà été révélées dans la «mise en œuvre de l’organisation définie par l’exploitant pour la surveillance et l’entretien de ses installations» et l’ANS avait déjà prévenu la centrale: «les inspecteurs ont notamment noté plusieurs dégradations significatives susceptibles d’affecter le fonctionnement du système d’alimentation».

Quel futur pour la centrale?

Le 7 septembre dernier, le directeur général de l’ASN, Olivier Gupta a présenté son plan d’actions au directeur de la centrale de Belleville-sur-Loire. Cette disposition impose des contrôles supplémentaires et une attention particulière. Une inspection de contrôle, pour faire le bilan des dispositions prises par la centrale, aura lieu en 2018. Entre 2013 et 2015, la centrale de Chinon avait été placée sous ce régime de «surveillance renforcée», tout comme celle de Dampierre en 2000. Ces deux centrales sont encore ouvertes aujourd’hui, et ont quitté le régime renforcé de surveillance.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/09/13/20002-20170913ARTFIG00197-la-centrale-nucleaire-de-belleville-sur-loire-placee-sous-surveillance-renforcee.php