«

»

Sep 24

SÉISME EN CORÉE DU NORD : UNE RÉPLIQUE À L’ESSAI NUCLÉAIRE DU 3 SEPTEMBRE

SéismeUn séisme de magnitude 3,5 s’est produit en Corée du Nord, samedi. Dans le contexte de tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord, la nouvelle avait de quoi inquiéter. Selon plusieurs experts, le tremblement de terre serait bien naturel, mais serait tout de même la conséquence de l’essai nucléaire mené par Pyongyang le 3 septembre.

La province de Hamgyong du Nord, située au nord-est de la Corée du Nord, a été frappée par un séisme de magnitude 3,5, ce samedi 23 septembre, selon le Centre sismologique chinois (CENC).

L’épicentre du tremblement de terre se trouverait à moins de 5 km de l’endroit où a eu lieu l’essai nucléaire nord-coréen du 3 septembre dernier, d’après les données du Centre sismologique chinois. 

« Cet événement est survenu dans la zone des précédents essais nucléaires nord-coréens », confirment les services sismologiques américains, sans être en mesure d’en établir la « nature » de ces secousses, enregistrées à .16 h 29, heure de Pékin, (10 h 29 à Paris).

Une conséquence de l’essai

L’agence de presse sud-coréenne Yonhap se référant à l’agence météorologique de la Corée du Sud a rapidement évoqué une origine naturelle.

Le service sismique chinois CENC a lui évoqué la possibilité d’une « explosion », avant de conclure également à un événement d’origine « naturelle »

Ce séisme peu profond serait en fait une réplique de l’essai nucléaire du 3 septembre, qui concernait selon Pyongyang une bombe H susceptible d’être montée sur un missile et avait provoqué un séisme de magnitude 6,3. 

« L’hypothèse la plus probable à l’heure actuelle est qu’il s’agit d’une conséquence de l’événement précédent, qui a été d’une amplitude importante et qui peut encore avoir des répercussions dans une zone de fracture » tellurique, selon Lassina Zerbo, qui dirige l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Otice), rattachée à l’Onu.

Escalade verbale

Le 3 septembre, une secousse d’une magnitude 4,6 due à « un affaissement » avait déjà secoué la Corée du Nord moins de dix minutes après un premier séisme imputé à une possible explosion, a indiqué le Centre chinois de surveillance sismologique.

Ce séisme survient alors que les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis à propos du programme nucléaire nord-coréen sont à leur comble, alimentées par une escalade verbale entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un et le président américain Donald Trump.

« Kim Jong-Un de Corée du Nord, clairement un fou qui ne craint pas d’affamer et de tuer son peuple, va être mis à l’épreuve comme jamais! » avait lancé vendredi M. Trump dans un tweet, au lendemain de l’annonce par Washington d’un renforcement des sanctions contre Pyongyang. 

Quelques heures plus tôt, c’est le leader nord-coréen qui s’était livré une attaque très personnelle contre le locataire de la Maison Blanche.

Trump « m’a insulté, moi et mon pays, sous les yeux du monde entier, et a livré la plus féroce déclaration de guerre de l’histoire », a-t-il déclaré, selon une dépêche de l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

« Gâteux américain mentalement dérangé »

Kim Jong-Un a traité Trump de « gâteux américain mentalement dérangé« . | AFP.

« Je disciplinerai par le feu le gâteux américain mentalement dérangé », a-t-il ajouté, deux jours après les propos belliqueux du président américain qui avait menacé, à la tribune de l’ONU, la Corée du Nord de « destruction totale »

La dépêche de KCNA était accompagnée d’une photo montrant Kim Jong-Un assis derrière un bureau et tenant une feuille de papier. Le régime de Pyongyang a par ailleurs évoqué un possible essai de bombe H dans l’océan Pacifique.

Après avoir lancé deux missiles intercontinentaux en juillet, la Corée du Nord a réalisé le 3 septembre un sixième essai nucléaire, affirmant avoir testé une bombe H susceptible d’être montée sur un missile. Cet essai avait provoqué un séisme de magnitude 6,3 ressenti jusqu’en Chine.

Le Conseil de sécurité de l’ONU avait voté dans la foulée un huitième train de sanctions contre Pyongyang.

Le Kremlin a exprimé sa vive inquiétude face aux échanges de « menaces » entre Donald Trump et Kim Jong-Un et « l’escalade des tensions ». Sur une tonalité similaire, la Chine a demandé vendredi l’arrêt des provocations entre Américains et Nord-Coréens.

https://www.ouest-france.fr/monde/coree-du-nord/un-seisme-signale-en-coree-du-nord-peut-etre-lie-une-explosion-5266447