«

»

Oct 13

INTRUSIONS DANS LES CENTRALES NUCLÉAIRES: DES PRÉCÉDENTS

IntrusionsDes intrusions de militants anti-nucléaires dans des installations françaises, comme celle de jeudi sur le site de la centrale de Cattenom (Moselle), se répètent depuis 30 ans pour dénoncer des défaillances de sécurité.

Elles se sont multipliées entre 2007 et 2014, avant que le Parlement n’alourdisse en 2015 les sanctions pénales pour ce délit.

2014: Fessenheim et Gravelines –

Le 18 mars, des dizaines de militants de Greenpeace font une spectaculaire intrusion dans l’enceinte de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) pour dénoncer le manque de sécurité de la plus vieille centrale nucléaire de France. 55 militants sont condamnés à 2 mois de prison avec sursis.

Le 5 mars, dix-huit militants de Greenpeace franchissent le premier grillage de la centrale nucléaire de Gravelines (Nord) avant d’être arrêtés. Dix-sept écopent de 4 mois de prison avec sursis.-

2013: Tricastin

Le 15 juillet, vingt-neuf militants de Greenpeace s’introduisent dans l’enceinte de la centrale du Tricastin (Drôme) pour dénoncer des failles dans la sécurité. Ils sont condamnés à 3 mois de prison avec sursis.

2012: Bugey

Le 2 mai, deux militants de Greenpeace atterrissent en paramoteur sur le site de la centrale nucléaire du Bugey (Ain). L’un d’eux, Allemand, est condamné à six mois de prison avec sursis.

Le même jour, Hervé Couasnon, qui se dit « poète-escaladeur », est interpellé une heure après avoir pénétré dans l’enceinte de la centrale de Civaux (Vienne) dans un camion de livraison. L’affaire est classée en raison de ses antécédents psychiatriques.

2011: Nogent-sur-Seine et Cruas

Le 5 décembre, des militants de Greenpeace s’introduisent sur le site de la centrale de Nogent-sur-Seine (Aube). Neuf sont condamnés en appel à six mois de prison avec sursis.

Deux autres militants entrent dans la centrale de Cruas (Ardèche) et s’y cachent durant près de 14 heures. Ils sont condamnés en appel à quatre mois de prison avec sursis.

2007: Dampierre-en-Burly et Belleville-sur-Loire

Le 19 octobre, huit membres de Greenpeace de plusieurs nationalités montent sur une tour de refroidissement de la centrale de Dampierre-en-Burly (Loiret) pour dénoncer le projet de réacteur européen à eau sous pression (EPR).

Le 27 mars, douze militants de Greenpeace occupent toute une journée une tour de refroidissement de la centrale de Belleville-sur-Loire (Cher) pour protester contre l’EPR. Onze sont condamnés à 15 jours de prison avec sursis.

2003: Penly

Le 4 décembre: 45 militants européens de Greenpeace pénètrent quatre heures dans la centrale de Penly (Seine-Maritime) pour dénoncer le projet EPR.

1996: Golfech

Le 8 mai, trois militants de l’association « Stop Golfech » escaladent une tour de refroidissement de la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne) et y restent trois jours. Ils sont condamnés en appel à une amende de 10.000 FF (environ 1.500 euros).

1986: Cattenom

Le 10 octobre, neuf anti-nucléaires français, allemands et anglais de l’association « Robin des bois » escaladent une tour de refroidissement de la centrale de Cattenom (Moselle) accrochent des banderoles et passent la journée sur le site. Ils négocient leur départ libres et sans poursuites judiciaires.

https://www.romandie.com/news/Intrusions-dans-les-centrales-nucleaires-des-precedents/852074.rom