Nov 03

DEUX BOMBARDIERS AMÉRICAINS À NOUVEAU DANS LE CIEL DE LA PÉNINSULE CORÉENNE

bombardiers,Deux bombardiers stratégiques américains B-1B ont survolé hier la péninsule coréenne à l’approche du voyage en Asie du président américain Donald Trump, a-t-on appris ce vendredi auprès d’une source de l’armée sud-coréenne.

«Deux B-1B ont effectué hier après-midi une sortie dans le ciel de la péninsule coréenne et un exercice de simulation de bombardement air-sol au-dessus du terrain d’exercice Pilseung, dans la province du Gangwon», a déclaré la source. «Après avoir achevé l’exercice, l’escadrille de B-1B a traversé l’intérieur du pays pour (le) quitter par la mer Jaune.»

Les bombardiers américains ont été escortés par des chasseurs KF-16 de l’armée de l’air sud-coréenne lors de leur sortie.

Cet exercice a eu lieu à l’approche de la première tournée officielle de Trump dans cinq pays d’Asie qui s’étalera sur 12 jours du 3 au 14 novembre. La Maison-Blanche avait expliqué que le voyage se focaliserait largement sur les moyens de contrer les menaces posées par les programmes nucléaire et de missiles balistiques de la Corée du Nord. Le président américain est attendu en Corée du Sud, au Japon, en Chine, au Vietnam et aux Philippines.

«Des bombardiers B-1B sont régulièrement envoyés sur la péninsule coréenne une ou deux fois par mois», a noté la source en soulignant que cet envoi régulier entre dans le cadre de mesures convenues entre Séoul et Washington et destinées à accroître le déploiement rotationnel de moyens stratégiques pour dissuader la Corée du Nord de procéder à d’autres provocations nucléaires et balistiques.

Les forces aériennes américaines du Pacifique ont également confirmé le déploiement de deux bombardiers B-1B. «Deux B-1B Lancer ont décollé de la base aérienne Andersen à Guam et transité par le sud de la Corée et l’ouest du Japon pour rejoindre des chasseurs Koku Jieitai (de la Force aérienne d’autodéfense japonaise)», ont-elles déclaré.

Cette mission avait été programmée en avance et n’était pas une réponse à un quelconque événement actuel, ont-elles précisé.

La Corée du Nord a de son côté décrit cet exercice comme une tentative de «menacer et faire du chantage» à son égard.

«Le stratagème effréné de la menace et du chantage des États-Unis, qui est destiné à écraser notre république avec (des armes) nucléaires, continue en novembre comme ils l’ont fait en octobre», a déclaré l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) quelques heures avant l’annonce officielle des États-Unis.

«Les États-Unis pourraient déployer des efforts frénétiques de dernière minute pour empêcher nos puissants progrès en plaçant des moyens nucléaires stratégiques vers nous mais notre armée et notre peuple ne sont pas ceux qui seront effrayés», a-t-elle martelé

Washington a récemment effectué plusieurs survols similaires pour tenter de dissuader la Corée du Nord de procéder à de nouveaux essais nucléaires et balistiques.

En juillet dernier, le régime communiste a tiré deux missiles balistiques potentiellement capables d’atteindre le continent américain. Il a également effectué son sixième et plus puissant essai nucléaire en septembre.

http://french.yonhapnews.co.kr/news/2017/11/03/0200000000AFR20171103000700884.HTML