Nov 10

PREMIÈRE CARTE DE LA POLLUTION RADIOACTIVE AU RUTHÉNIUM 106 EN EUROPE

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a précisé l’origine la plus probable, en Russie, des éléments radioactifs détectés dans l’atmosphère de plusieurs pays d’Europe début octobre.
Fin septembre et début octobre 2017, des particules radioactives très inhabituelles, du ruthénium 106, ont été détectées par plusieurs réseaux de surveillance de pays Européens, dont des stations dans le sud de la France. Une pollution à la limite du détectable en Europe occidentale (des millièmes ou même millionièmes de becquerels), et donc sans danger, mais dont l’origine était au départ plus que mystérieuse. Qu’est-ce qui avait pu envoyer de telles particules radioactives dans l’air, et d’où venait cette pollution? «Le ruthénium 106 n’existe pas à l’état naturel, donc il a bien fallu qu’il soit rejeté dans l’environnement par une activité humaine,» résume Jean-Marc Peres, directeur général adjoint de l’IRSN (Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire) en charge de la santé et de l’environnement.

 

Les grandes agences de surveillance de la radioactivité en Europe, l’IRSN en France et le BfS en Allemagne ont vite suspecté l’est de l’Europe, puis plus précisément le sud de l’Oural en Russie.

Cette crise soulève beaucoup de questions mais n’a eu aucun impact sur la santé tant les doses étaient faibles, tout du moins en Europe de l’ouest puisqu’on ignore s’il y a eu des populations exposées en Russie. l’IRSN a fait un dernier bilan, publiant une carte décrivant les zones d’origines les plus probables de la contamination.

«Pour obtenir cette carte, nous avons regardé ce qui se passait si du ruthénium était rejeté dans l’atmosphère fin septembre, et si les vents avaient pu transporter ces poussières jusqu’aux endroits où il a par la suite été détecté par des stations de mesure, connaissant parfaitement les grandes circulations de l’atmosphère à l’époque donnée», explique Jean-Marc Peres. Et avec cette méthode de reconstruction des trajectoires possibles des matériaux radioactifs, le point d’origine le probable (point rouge vif) se situe donc entre le fleuve Volga et la chaîne montagneuse de l’Oural, autour de la ville de Perm.
 

Fin octobre, le géant public du nucléaire russe Rosatom est passé à la contre-attaque, expliquant que les rejets ne pouvaient être liés à ses activités, car aucun de ses centres n’avait déclaré d’incident… Mais en attendant, les experts d’Europe occidentale, les Français comme les Allemands, sont d’accord pour dire que le rejet vient très probablement de Russie.

En revanche, le mystère reste total sur la cause de cette pollution. Il ne peut s’agir d’un accident sur un réacteur de centrale nucléaire de Beloïarsk, située non loin du point le plus probable, à l’est des Monts Oural, car le ruthénium 106 a été détecté tout seul, sans autre élément radioactif caractéristique d’un tel accident. Il peut en revanche s’agir d’un dégazage accidentel d’une solution contenant du ruthénium issu du retraitement de combustibles nucléaires, ou de sources radioactives au ruthénium (utilisé notamment pour irradier certaines tumeurs) qui aurait été perdue et brûlée accidentellement dans un incinérateur. Les autorités russes préfèrent l’hypothèse de la chute et désintégration dans l’atmosphère d’un satellite avec un générateur d’électricité fonctionnant au ruthénium. «Nous avons regardé cette hypothèse, mais nous n’avons aucune information montrant qu’un satellite ainsi équipé soit tombé sur Terre vers la dernière semaine de septembre, donc nous ne pouvons rien affirmer», précise Jean-Marc Peres.
 
«Pour la zone de rejet la plus plausible, la quantité de ruthénium-106 rejetée estimée par les simulations de l’IRSN est très importante car comprise entre 100 et 300 térabecquerels», (100 à 300 milliers de milliards de becquerels), explique l’Institut français. Des rejets importants, puisque s’ils avaient eu lieu en France, ils «auraient nécessité localement de mettre en œuvre des mesures de protection des populations sur un rayon de l’ordre de quelques kilomètres autour du lieu de rejet» précise l’IRSN. Sur place, les populations devraient éviter de consommer les denrées alimentaires issues d’une zone de quelques dizaines de kilomètres autour du point de rejet. Une information qui risque de ne jamais arriver aux populations russes concernées, puisque l’origine précise n’est pas connue à ce jour…

Article de Cyrille Vanlerberghe

Pour voir la carte en plus grand, cliquer sur:

http://www.lefigaro.fr/sciences/2017/11/10/01008-20171110ARTFIG00006-premiere-carte-de-la-pollution-radioactive-au-ruthenium-106-en-europe.php