Nov 29

CORÉE DU NORD: POURQUOI LE BLUFF DES USA NE PREND PAS

Bien que le risque d’un conflit d’envergure sur la péninsule coréenne soit toujours présent, un tel scénario demeure peu probable face aux réalités du terrain. Pyongyang, tout en jouant la carte de la confrontation, semble avoir emporté ce que beaucoup d’autres pays n’auront pas réussi à obtenir: sécuriser sa souveraineté.

Bien que les médias mainstream n’aient cessé de présenter le régime nord-coréen, et notamment son leader Kim Jong-un, comme étant totalement «fou», la réalité montre au contraire qu’il s’est livré à des calculs tout à fait rationnels. En effet, les nombreux essais nucléaires nord-coréens avaient un objectif simple: éloigner tout danger d’intervention contre le pays du Juche.

Le Kremlin juge «provocateur» le nouveau tir nord-coréen

Les menaces d’intervention armée étasuniennes visant Pyongyang ont beau avoir été à la Une de l’actualité des derniers mois, non seulement la Corée du Nord aura confirmé son statut de puissance nucléaire en faisant la sourde oreille à ces menaces, mais elle semble également avoir écarté le risque d’une attaque à son encontre.

Finalement, l’approche russo-chinoise pour résoudre la crise de la péninsule coréenne confirme une fois de plus toute sa pertinence. En effet, dès que la rhétorique hostile et agressive de part et d’autre s’est enclenchée, Moscou et Pékin ont appelé à la retenue et à un dialogue honnête, sans ultimatums ni menaces de guerre. Tout en condamnant les tests nucléaires nord-coréens, la Russie comme la Chine n’ont pas manqué de rappeler à l’ordre Washington et ses alliés, qui attisaient ces tensions depuis longtemps par d’évidentes provocations en direction de Pyongyang.

Depuis lors, la tension semble avoir un peu diminué: en effet, la Corée du Nord n’a procédé à aucun lancement de missile ou test nucléaire depuis plus de deux mois et demi. (NDLR : ce n’est plus le cas !) De plus, Song Young-gil, conseiller du président sud-coréen, a déclaré que Séoul était prête à relancer le dialogue avec son voisin du nord si ce dernier continuait à s’abstenir d’essais balistiques et nucléaires, ce à quoi appelaient incessamment Moscou et Pékin.

La Russie n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler, via son vice-ministre russe des Affaires étrangères, Igor Morgoulov, qu’en tenant compte de la retenue dont faisait actuellement preuve la Corée du Nord, désormais «le principal problème réside dans les exercices américano-sud-coréens», clairement provocateurs envers la Corée du Nord. Connaissant la mentalité des dirigeants nord-coréens, il est probable que si les États-Unis poursuivaient ses actions provocatrices, Pyongyang reprendrait les siennes, sans que Washington ne puisse faire quoi que ce soit.

Le nouveau missile nord-coréen capable de porter des armes chimiques?

Car soyons honnêtes: malgré tout le show sur la puissance étasunienne orchestré par l’establishment US et les déclarations sur une éventuelle destruction de la Corée du Nord, le fait est que Washington comprend parfaitement qu’il ne peut pas faire grand-chose face à Pyongyang, si ce n’est que de continuer ses menaces verbales et de montrer ses muscles en organisant des manœuvres militaires près de la péninsule coréenne. Et ce, à la grande différence de ce qu’ils ont pu faire en divers endroits du monde.

Et ce n’est pas l’envie de protéger les civils et les militaires sud-coréens ou japonais —ce dont Washington se moque éperdument- qui l’empêche de franchir la ligne rouge, mais la perspective d’une mort brutale pour des milliers de militaires et plus généralement de citoyens américains résidant dans ces pays. Cela sans même évoquer la perspective que des missiles nord-coréens puissent éventuellement atteindre la côte ouest étasunienne ou frapper des colonies régionales des États unis, telles que l’île de Guam. Une gifle dont les États-Unis ne pourraient certainement se relever, eux qui sont tellement habitués à être épargnés par les conflits armés qu’ils initient aux quatre coins du monde.

En septembre dernier, Sergei Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, avait déclaré la chose suivante: «Les États-Unis n’oseront pas frapper la Corée du Nord, parce qu’ils savent que Pyongyang possède la bombe nucléaire». Et que là était toute la différence avec d’autres situations, notamment celle d’Irak: «Les Américains ont frappé l’Irak uniquement parce qu’ils avaient une information à 100% fiable indiquant qu’il ne restait plus là-bas aucune arme de destruction massive». On connaît tous le résultat de cette intervention en terre irakienne: des millions de victimes, très majoritairement civiles, et un chaos qui s’est traduit par une montée en flèche de l’extrémisme dans toute la région —aujourd’hui heureusement en perte de vitesse grâce notamment aux actions de la Russie.

Pyongyang: Notre nouveau missile est capable «de frapper la totalité du continent US»

Tout cela pour dire que, sans aucunement cautionner la nucléarisation de la Corée du Nord, et encore moins ses tests nucléaires, cette dernière aura démontré une réalité simple: pour être l’abri d’une intervention «humanitaire» occidentale avec toutes les conséquences désastreuses qui en découlent et pouvoir défendre sa souveraineté, il faut soit avoir des alliés de poids, soit posséder des instruments de dissuasion. Pyongyang a choisi cette dernière option. On peut penser ce que l’on veut du gouvernement nord-coréen et de sa politique, mais c’est bien le chaos organisé par les élites occidentales —étasuniennes en tête- qui ont amené plusieurs pays à revoir leur approche et surtout ne plus céder au chantage occidental.

P.S. Aux dernières nouvelles, Pyongyang a procédé à un tir de missile balistique en réponse aux nouvelles provocations américaines: la retenue a ses limites. Washington, sachant parfaitement qu’il ne peut se permettre d’attaquer la Corée du Nord, souhaite vraisemblablement empêcher à tout prix l’éventualité d’un dialogue intra-coréen grâce à la médiation russo-chinoise. Un dialogue dans lequel la présence même des USA dans cette région sera de moins en moins justifiée et «nécessaire». 

Nota : Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur, Mikhail Gamandiy-Egorov.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711291034089962-coree-du-nord-usa/