Déc 03

LE PAPE FUSTIGE L' »IRRATIONALITÉ » PAR RAPPORT À L’ARME NUCLÉAIRE

Le pape François a appelé samedi les dirigeants mondiaux à s’éloigner du risque d‘une possible extermination de l‘espèce humaine, suggérant par-là que certains d‘entre eux avaient une attitude “irrationnelle” envers les armes nucléaires.

Le chef de l‘Église catholique a tenu ces propos à bord de l‘avion le ramenant à Rome après ses voyages en Birmanie et au Bangladesh durant lesquels sa préoccupation principale fut la crise des Rohingya.

Dans un discours prononcé le mois dernier, le pape avait laissé entendre être prêt à durcir officiellement la doctrine de l‘Église, vieille de plusieurs décennies, sur la possession d‘armes nucléaires.

Selon cette doctrine, détenir des armes nucléaires dans un but dissuasif est acceptable si la finalité est de les éliminer. (NDLR : je trouve cette doctrine particulièrement spécieuse !)

Le pape a déclaré lors de ce discours du 10 novembre que la simple possession d‘armes nucléaires devrait désormais être réprouvée, puisque les dirigeants mondiaux ne montrent pas ou peu l‘intention de réduire leur nombre.

À bord de son avion samedi, le pape a été questionné sur les raisons l‘ayant poussé à revoir la position de la doctrine catholique et, plus précisément, sur ce qu‘il pensait de la guerre des mots entre le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un.

Ce qui a changé c‘est l‘irrationalité (de l‘attitude vis-à-vis de l‘arme nucléaire)”, a-t-il dit.

Nous nous trouvons aujourd‘hui à la limite”, a ajouté le souverain pontife. “Cela peut être débattu mais mon avis, ma conviction, c‘est que nous avons atteint la limite de la légalité (morale) concernant la possession et l‘utilisation d‘armes nucléaires.”

Pourquoi ? Parce que désormais, avec un arsenal nucléaire aussi sophistiqué, nous risquons la destruction de l‘humanité ou d‘au moins une partie de l‘humanité”, a ajouté le pape François.

Par le passé, le chef de l‘Église catholique avait suggéré qu‘une troisième nation essaie de négocier un accord entre les États-Unis et la Corée du Nord.

Il avait aussi appelé les Américains et les Nord-Coréens à apaiser leurs discours et à arrêter d’échanger des insultes.

“(…) Puisque nous sommes à la limite, je me pose cette question : aujourd‘hui, est-ce justifié de conserver ces arsenaux nucléaires en l’état, ou est-ce nécessaire de faire marche arrière dans le but de sauver la conception, de sauver l‘humanité ?

La Corée du Sud a affirmé vendredi que le dernier test balistique effectué par Pyongyang avait mis les États-Unis à portée de tir.

En réponse à ce tir de missile, Washington a averti mercredi que le régime nord-coréen sera “complètement détruit” en cas de guerre.

Article de Philip Pullella; Jean Terzian pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1DX0B7-OFRTP