Déc 12

EMMANUEL MACRON, ÉCOLOPPORTUNISTE

Sensibilisé pendant la campagne après avoir été pro-carbone sous Hollande, le chef de l’État s’est saisi des enjeux climatiques après le retrait des États-Unis de l’accord de Paris. Problème : les actes ne suivent pas toujours les beaux discours.

Emmanuel Macron, écolopportuniste

Ses proches le reconnaissent sans hésiter : la question écologique n’était pas la priorité du candidat Macron, pas plus qu’elle n’était celle du conseiller puis du ministre de François Hollande qu’il fut pendant quatre années. Avant de se construire, par opposition à la furie climato-sceptique de Donald Trump, une stature de protecteur de la planète, il a plutôt été «un relais efficace pour combattre l’écologie», témoigne Delphine Batho. L’ex-ministre se souvient par exemple des coups de fils de l’ancien conseiller du chef de l’État l’enjoignant de signer des permis d’exploration d’hydrocarbures.

Pendant sa campagne, le candidat a tout de même pris soin d’échanger avec certaines figures de l’écologie politique, comme Pascal Canfin, directeur général du WWF France, ou l’ex-ministre Corinne Lepage. Au cœur de la macronie, certains auront à cœur de le «sensibiliser». Ce fut le cas du futur numéro 1 de La République en marche, Christophe Castaner, maire PS et néanmoins écolo de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), qui a été l’un des premiers à bannir les panneaux publicitaires aux portes de sa ville. L’ex-députée Corinne Erhel, brutalement décédée au début de la campagne pour les législatives, fut un autre aiguillon écolo. Pionnière de la «grande marche», cette élue bretonne était bien placée pour savoir que la partie était loin d’être gagnée : elle fut l’une des principales animatrices du combat contre le décret signé Macron autorisant l’extraction de sable coquillier sur la côte de Granit rose…

«En matière d’écologie, son programme n’avait rien de révolutionnaire, c’était pour moi la ligne de flottaison, on ne pouvait pas descendre en dessous, mais il était honnête, réaliste, se souvient Corinne Lepage. Quand il est venu me voir en juin 2016, j’ai d’abord dit « non, je ne peux pas soutenir quelqu’un qui veut du diesel, du nucléaire, et adore les pesticides« . Mais il m’a recontactée et j’ai accepté de travailler sur son projet, je me suis notamment battue pour qu’il y maintienne le cap de 50 % de nucléaire dans la production d’électricité d’ici à 2025, inscrit dans la loi de 2015.»

«Bon à prendre»

Pour le député LREM Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, ses anciens amis écolos font un mauvais procès au chef de l’État quand ils doutent de la sincérité d’une conversion jugée trop tardive pour être honnête. S’il a peu été question d’écologie dans cette campagne présidentielle – «comme hélas dans toutes les campagnes» -, Orphelin rappelle que le candidat s’était prononcé «dès février» pour la hausse du prix du diesel. Ce qui était en fait déjà engagé par Hollande… «Dès le début, les marqueurs étaient là : il a parlé de fiscalité écologique et d’investissement dans la transition écologique», ajoute le député.

Le compte n’y était manifestement pas pour Hulot. Quelques jours avant le premier tour de la présidentielle, il faisait au fondateur d’En marche le reproche de n’avoir «pas compris que c’est bien un modèle ultralibéral qui est à l’origine de la crise écolo». Entre les deux tours, il s’était ensuite fendu dans le Monde d’une tribune intitulée «Un vote de raison, pas d’adhésion». «Vous ne pouvez pas prétendre devenir un président responsable et ignorer […] les 26 % du corps électoral qui ont choisi, au premier tour, la vision plus intégrale de l’écologie et des solidarités défendue par Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon», écrivait Hulot, demandant au finaliste de la présidentielle d’avoir «le courage» de s’engager «à renégocier ou à défaut rejeter ces accords de libre-échange de nouvelle génération, et en priorité celui noué avec le Canada (Ceta), qui sont l’expression la plus aboutie d’une mondialisation sauvage et dérégulée». Message reçu ? Dès le lendemain, Macron assurait avoir entendu «les doutes et les incertitudes». Et s’engageait à nommer «une commission d’experts et de scientifiques irréprochables» chargée de dire «ce qu’il en est exactement des conséquences environnementales sur la santé de cet accord».

Si l’authenticité de son adhésion à l’urgence écologique reste à démontrer, le chef de l’État réussit à s’imposer, sur la scène internationale, comme une sorte de lanceur d’alerte. Le refus de l’accord de Paris par Trump aura été une aubaine. Avec son «Make our planet great again» lancé au monde dans la nuit du 2 juin, Macron saisissait l’opportunité inespérée d’instaurer un leadership français. «Cela a une vocation diplomatique plus qu’écologique. N’empêche que c’est bon à prendre», dit Lepage. «Depuis ce 2 juin, il est question d’écologie à tous les Conseils des ministres… Même quand Hulot n’est pas là !» confie-t-on dans l’entourage d’un ministre.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire le confirme dans les médias. «Ce n’est pas pour me faire plaisir qu’Emmanuel Macron a organisé le sommet [sur le climat de ce mardi], qu’il fait voter une loi sur les hydrocarbures [actant une fin des forages en France en 2040], qu’il dit aux industriels « maintenant, c’est fini, on ne vendra plus de véhicules thermiques en 2040 », assure Nicolas Hulot dans un entretien accordé dimanche à 20 Minutes. […] Il le fait spontanément, ça prouve que sa conversion est très rapide. C’est le propre des hommes intelligents de ne pas s’obstiner, d’être capables à un moment donné de se mettre en phase avec les contraintes de l’époque.»

Le ministre écolo, très isolé au sein de l’exécutif, se démène pour convaincre au plus haut niveau de l’État. Hulot inspire-t-il vraiment Macron ou sera-t-il aspiré, pour reprendre sa formule ? Depuis cet été, il lui est arrivé de confier ses doutes en privé, avant de se donner un an pour évaluer si sa présence au gouvernement aura permis d’engager «un changement profond, une dynamique irréversible». Loin d’être naïf, il sait qu’il sert en partie de caution verte et que la tête de l’exécutif peut être rattrapée par les vieux démons du conservatisme, des lobbys, du court-termisme…

Hulot, qui a demandé début novembre à EDF un plan stratégique pour développer les énergies renouvelables, semble déjà avoir eu gain de cause sur ce point auprès de Macron. Lundi, à la veille du sommet de Paris, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a annoncé la construction de 30 gigawatts de capacités de production photovoltaïques en France entre 2020 et 2035, contre 1,8 actuellement. Un grand «plan solaire» qui n’a rien d’anecdotique et représentera 25 milliards d’euros d’investissements. «Le potentiel de développement de l’énergie solaire est extraordinaire en France», a commenté Hulot, confirmant sa volonté de «changer d’échelle dans ce domaine».

(NDLR : 25 milliards en 15 ans = 1,66 milliard par an à comparer au budget de 2 milliards par an pour moderniser notre arsenal nucléaire !C’est très largement insuffisant et quid de l’éolien, de l’hydrolien… ?)

«On nage dans les contradictions»

Jusqu’ici, pourtant, nombre de spécialistes de l’environnement fustigent un contraste entre les paroles du chef de l’État, son aura écolo à l’international, et ses actes en France. «On nage dans les contradictions, le bilan des six premiers mois est très mitigé», tacle Lepage. L’ex-ministre ne parvient pas à avaler le report des 50 % de nucléaire à 2030 ou 2035, annoncé par Hulot début novembre : «C’est un signal terrible. Comme si on disait qu’on abandonne l’objectif de 2°C de réchauffement maximum : on abandonne le cap qui permet de donner une direction à la politique.» Celle qui dit ne plus avoir de contacts avec Macron depuis le 30 mai «parce qu’il n’en veut pas» déplore aussi d’autres choix «incroyables», telles la suppression de certaines aides à l’agriculture biologique ou la ponction d’une partie du budget des Agences de l’eau pour financer l’Office national de la chasse. Et pointe l’ambiguïté de la position présidentielle sur le glyphosate : Macron promet le 27 novembre dans un tweet son interdiction d’ici trois ans au plus tard, mais laisse déjà entendre que ce sera uniquement le cas si des alternatives sont trouvées… alors qu’elles existent déjà, comme l’a rappelé un rapport de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) la semaine dernière.

À la COP 23 de Bonn, début novembre, «c’était la première fois qu’un président français faisait un discours de promotion du nucléaire dans le cadre d’une conférence onusienne sur le climat», remarque aussi Delphine Batho. Pour elle, «il y a un hiatus entre l’engagement pour le climat de Macron et le fait d’être favorable à la destruction de la forêt amazonienne pour faire la mégamine « Montagne d’or » en Guyane, ou de reporter la taxe européenne sur les transactions financières pour accueillir à Paris la City» de Londres effrayée par le Brexit.

«Cette TTF permettrait de récolter 22 milliards d’euros par an au niveau européen, qui pourraient être en grande partie affectés à la solidarité internationale et à la lutte contre le changement climatique», insiste l’ONG Oxfam France. Les associations citent aussi la mise en application provisoire du Ceta, l’accord de libre-échange avec le Canada, alors que la commission d’experts promise par le candidat Macron a rendu début septembre des conclusions mitigées. Elle avertissait que cet accord «ne donne pas la priorité aux préoccupations liées à la protection de l’environnement» sur lequel il aura un impact «défavorable».

Les ONG regrettent en outre le refus de supprimer dans le budget 2018 les niches fiscales favorables aux énergies fossiles, comme le kérosène pour les avions. Autre motif d’irritation et d’inquiétude : pour construire des logements neufs de façon «massive», Macron a dit en septembre vouloir «réduire les exigences des normes environnementales et sociales», opposant écologie et économie au lieu de les relier.

«Concréto-concret»

Or, pour Batho, «sur l’écologie, compte tenu de l’accélération très grave du changement climatique et de la destruction de la biodiversité, le « en même temps » d’Emmanuel Macron n’est plus possible». Lepage réclame, elle, autre chose que des lois symboliques, comme celle sur la fin des hydrocarbures : «On a besoin de concréto-concret.» Remarquant au passage que «la part laissée à Nicolas Hulot est très congrue».

«Emmanuel Macron sera écolo le jour où il acceptera de mettre une carte aussi incroyablement bonne que celle de Nicolas Hulot au centre de son dispositif, de faire de l’écologie non pas une simple branche de sa politique publique, mais une racine, estime l’avocat en droit de l’environnement Arnaud Gossement. Cela a même un nom en droit, le « principe d’intégration » : intégrer dans toutes les décisions publiques une évaluation de leur incidence sur l’environnement, les peser au trébuchet de l’écologie.» Et de plaider pour que le ministre de l’Écologie devienne un véritable vice-Premier ministre, comme Hulot le préconise depuis des années. Ce qui permettrait de «cesser de fractionner les sujets et de véritablement changer de paradigme en attribuant à l’écologie davantage qu’un ministère parmi d’autres, qui aujourd’hui se heurte souvent au travail de sape d’autres administrations».

Pour l’instant, Macron reste, aux yeux de la plupart des militants écolos, dans la droite ligne de Hollande. Ni écolo ni anti-écolo, juste «a-écologique». «Les élites ont intégré la question du climat, mais pas encore la compréhension globale et systémique de l’anthropocène [nouvelle ère géologique caractérisée par l’influence majeure de l’homme sur le milieu terrestre] : les enjeux de biodiversité ou de raréfaction des ressources ne sont pas suffisamment pris en considération», constate Delphine Batho. Mais l’ex-ministre ne va pas jusqu’à en conclure que la situation serait désespérée. Puisque l’écologie est devenue «culturellement majoritaire», elle n’exclut pas que le chef de l’État puisse en tirer les conséquences en s’engageant pour de bon dans cette bataille qui «au départ n’était pas la sienne».

Article d’Alain Auffray et Coralie Schaub

http://www.liberation.fr/france/2017/12/11/emmanuel-macron-ecolopportuniste_1616002