Déc 13

MOON EXHORTE LE NORD À STOPPER SA «PENSÉE ILLUSOIRE» ET À NÉGOCIER SUR LE NUCLÉAIRE

Le président Moon Jae-in a déclaré que c’était une «pensée illusoire» pour la Corée du Nord de croire que les armes nucléaires garantiront sa sécurité, exhortant Pyongyang à mettre un terme à ses jugements erronés et à revenir à la table des négociations sur sa dénucléarisation.

Dans une récente interview donnée à la chaîne de télévision chinoise CCTV et diffusée hier, Moon a également souligné l’importance d’une «coopération étroite» entre Séoul et Pékin pour que Pyongyang abandonne ses ambitions nucléaires.

«Il est illusoire pour de petits pays comme la Corée du Nord qui accusent un retard en matière d’économie de dire qu’ils ne peuvent défendre leur sécurité qu’avec des armes nucléaires», a déclaré le locataire de la Maison-Bleue. «Au contraire, la paix et la coopération inter-coréennes protègeront sa sécurité

«Par conséquent, il est très important pour le Nord de changer sa perception de la question nucléaire et de s’engager sur la voie de la dénucléarisation», a-t-il ajouté.

L’entretien a eu lieu avant la visite d’État de quatre jours de Moon en Chine, qui commencera ce mercredi, au cours de laquelle un sommet avec son homologue chinois, Xi Jinping, est prévu. Ce voyage interviendra dans un contexte de tensions accrues sur la péninsule coréenne suite au test par Pyongyang d’un prétendu nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) à la fin du mois de novembre.

Moon a souligné l’importance de la Chine dans la résolution de l’impasse nucléaire nord-coréenne.

«Je pense que ce qui est primordial, c’est une coopération étroite entre Séoul et Pékin», a estimé Moon. «(Je) pense qu’il y aura de bons résultats si la Corée du Sud et la Chine mènent des efforts visant à amener le Nord à la table des négociations tout en adoptant une posture commune (sur la dénucléarisation).»

Il a affirmé que Séoul et Pékin partageaient la même position sur la question nucléaire nord-coréenne, considérant que les sanctions et pressions sont nécessaires pour empêcher de nouvelles provocations et que des méthodes pacifiques devraient être utilisées pour la résoudre.

Moon a jugé la situation «très grave» alors que le régime de Kim Jong-un poursuit ses actes belliqueux et améliore rapidement ses capacités balistiques.

Interrogé sur sa visite prochaine en Chine, le chef d’État sud-coréen s’est donné comme priorité le rétablissement de la confiance mutuelle entre les deux pays qui, selon lui, a été «significativement» altérée ces derniers mois, soulignant apparemment la querelle sur le déploiement du système américain de défense antimissile à haute altitude (THAAD) en Corée du Sud.

«La priorité de ma visite en Chine est de rétablir la confiance mutuelle», a-t-il mis en avant. «Je pense que des relations basées sur la confiance mutuelle sont un point de départ très important pour faire avancer nos rapports.»

Le président sud-coréen a réitéré la position de Séoul sur le THAAD en précisant que c’était une décision «inévitable» pour la Corée du Sud de permettre à cette installation de la défendre contre les menaces nucléaires et balistiques de la Corée du Nord.

Moon Jae-in a tout de même pris en compte les inquiétudes de Pékin à propos du THAAD et a noté que Séoul s’assurera que ce bouclier antimissile ne violera pas les intérêts sécuritaires de la Chine.

«La Corée du Sud accordera une attention particulière afin de s’assurer que le THAAD n’ira pas au-delà de ses objectifs (intentionnels) de défense face aux menaces nucléaires et balistiques du Nord et ne nuira pas aux intérêts sécuritaires de la Chine», a-t-il affirmé. «Je peux dire que nous avons eu l’assurance des États-Unis à ce sujet

http://french.yonhapnews.co.kr/northkorea/2017/12/12/0500000000AFR20171212000700884.HTML