Déc 17

MANCHE. LE COLLECTIF ANTI-EPR CONTINUE SON ACTION CONTRE FLAMANVILLE

Ce samedi 16 décembre 2017, quatre anti-nucléaire du collectif saint-lois anti-EPR étaient présents sur le marché de Saint-Lô. Ils ont milité contre le futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville et sa ligne à très haute tension (THT).

Sur le marché de Saint-Lô (Manche), ce samedi 16 décembre 2017, on pouvait apercevoir trois hommes vêtus de combinaison, de masque respiratoire et de casque bleu. Tandis qu’une femme déguisée en Mère Noël les accompagne.

Ces militants du collectif saint-lois anti-EPR étaient présents, parmi la foule, pour sensibiliser la population sur les risques du nucléaire. « On milite contre le futur réacteur nucléaire en construction à Flamanville (Manche) et sa ligne à très haute tension (THT) », soutient Jean-Louis Renou, représentant du collectif.

Une cuve fissurée

Le 28 juin dernier, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné son feu vert pour l’utilisation de la cuve du futur EPR de Flamanville (Manche), censé entrer en service fin 2018, malgré les défauts dans le forgeage du fond et du couvercle, décelés dès 2014 par son fabricant, Areva NP.

L’autorité indépendante a précisé toutefois, qu’en raison de cette « anomalie sérieuse », EDF devra changer fin 2024 au plus tard, la partie supérieure de la chaudière du réacteur de troisième génération où se produit la réaction nucléaire.

Une décision incompréhensible

« Pourquoi on ne change pas la cuve ? Pourquoi on la met en service alors qu’elle contient des défauts ? C’est une décision incompréhensible », proteste le collectif. Selon lui, la réponse est due : «  à des pressions financières ! »

«  Soit ce n’est pas dangereux et on ne change pas le couvercle. Soit c’est dangereux et on ne le met pas en marche. »

https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-lo-50000/manche-le-collectif-anti-epr-continue-son-action-contre-flamanville-5451902