Déc 21

CHINE : DES DÉFAUTS DE COMPOSANTS DE RÉACTEUR NUCLÉAIRE QUI SERAIENT DÉJÀ CONNUS DU CONSTRUCTEUR

Les défauts constatés cette semaine sur les équipements d’une centrale nucléaire chinoise étaient semble-t-il déjà connus du constructeur depuis 2012.

Selon un rapport, les défauts de soudure d’un dégazeur utilisé dans l’unité 1 de la centrale de 3,5 GW de China General Nuclear (CGN) à Taishan, signalés mardi, avaient été relevés dès 2012 par un ingénieur du constructeur Harbin Boiler. 

CGN a déclaré que le dégazeur, qui sert à extraire l’oxygène et les autres gaz de l’eau d’alimentation de la chaudière, s’était fissuré lors des essais de fonctionnement à cause de soudures défectueuses et avait été remplacé. 

Cette semaine, Hong Kong Free Press a dévoilé un rapport technique de 2012 rédigé par un ingénieur de Harbin Boiler dans le journal chinois Guolu Zhizao (Boiler Manufacturing, construction de chaudières). Selon celui-ci, les techniques de soudage chinoises ne suivant pas les procédures exigées pour les dégazeurs de conception européenne, des vides subsistent entre certaines parties du dégazeur, nécessitant un surcroît de travail avant de pouvoir être assemblées sur site.  

La centrale de Taishan (province de Guangdong), dont le coût s’élève à 8,7 Md$, est une coentreprise fondée par la société d’État CGN et le Français EDF, actionnaire à 30 %. La construction a commencé en 2009, mais la date de mise en service prévue a été reportée plusieurs fois, la dernière en date étant en février. Équipée de deux réacteurs pressurisés (EPR) de type européen conçus par Areva, cette centrale est la première de ce type à être construite en Chine.  

Un contrat de fourniture d’équipements a été octroyé en 2008 à un consortium constitué de la société chinoise Dongfang Electric et du Français Alstom (racheté en 2015 par GE), qui a ensuite sous-traité la fabrication du dégazeur à Harbin Boiler.

L’annonce faite cette semaine a suscité un certain émoi au Royaume-Uni, où les mêmes EPR conçus par Areva sont utilisés dans le projet de Hinkley Point C. Les deux réacteurs britanniques sont en effet construits par CGN et EDF.

Un autre EPR est en cours de construction à la centrale finlandaise d’Olkiluoto depuis 2005. Sa date de mise en service a également été repoussée jusqu’en 2018, à l’instar de l’EPR de Flamanville, où les travaux ont débuté en 2007.  

Source originale (en anglais) : http://www.powerengineeringint.com/articles/2017/12/nuclear-reactor-component-defects-reportedly-known-to-manufacturer..html