Jan 17

L’ASN FAIT LE POINT SUR DEUX INCIDENTS DE NIVEAU 2 RELATIFS À LA RÉSISTANCE AU SÉISME DES GROUPES ÉLECTROGÈNES DE SECOURS DES RÉACTEURS D’EDF

Note d’information de l’ASN publiée le 17 janvier 2018 concernant les groupes électrogènes de secours à moteur diesel

EDF a déclaré en 2017 deux événements significatifs pour la sûreté survenus sur les groupes électrogènes de secours à moteur diesel (diesels de secours) de ses réacteurs électronucléaires. L’ASN classe ces deux événements au niveau 2 sur l’échelle INES.

Chacun des réacteurs de 900 MWe et 1300 MWe des centrales nucléaires françaises dispose de deux diesels de secours. Ces équipements  assurent de façon redondante l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes, notamment à la suite d’un séisme. Les diesels de secours sont composés d’un alternateur, d’un moteur diesel et de systèmes auxiliaires (circuits de refroidissement, de prégraissage, etc.). En cas de perte des alimentations électriques externes provoquée par un séisme, le fonctionnement des diesels de secours pourrait ne plus être assuré, en raison de la défaillance de leurs systèmes auxiliaires.

Ancrages des systèmes auxiliaires des diesels de secours

Un premier événement significatif pour la sûreté porte sur l’absence de démonstration de résistance au séisme des ancrages dans le génie civil des systèmes auxiliaires des diesels de secours. Il recouvre à la fois des problèmes de conception génériques à l’ensemble des réacteurs concernés et des problèmes locaux liés à un mauvais état ou à un mauvais montage des ancrages. Il a été classé au niveau 2 de l’échelle INES.

Cet événement a fait l’objet de notes d’information de l’ASN le 20 juin 2017 et le 30 octobre 2017. Il concernait alors 24 réacteurs de 900 et 1300 MWe.

Le 27 décembre 2017, EDF a déclaré à l’ASN que les réacteurs 3 et 4 de la centrale nucléaire du Bugey étaient également concernés, ce qui porte à 26 le nombre de réacteurs concernés par cet événement.

L’ensemble des réacteurs de 1300 MWe et de 900 MWe concernés par cet événement a fait l’objet de travaux pour renforcer les ancrages des systèmes auxiliaires des diesels de secours, à l’exception du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim actuellement à l’arrêt, et pour lequel l’ASN a prescrit que les réparations soient terminées avant fin janvier 2018. L’ASN s’est assurée par des inspections que ces travaux ont bien été réalisés.

Corrosion des vases d’expansion

Un second événement significatif pour la sûreté porte sur l’absence de démonstration de résistance au séisme des vases d’expansion des diesels de secours du fait de défauts liés à un phénomène de corrosion. Ces défauts résultent notamment d’une maintenance insuffisante de ces matériels. Identifiés par EDF à la centrale nucléaire de Penly en juillet 2017, ils ont fait l’objet d’une déclaration d’événement significatif générique le 9 novembre 2017 à l’ASN, pour sept réacteurs de 1 300 MWe.

Les vases d’expansion corrodés des réacteurs concernés ont été réparés ou remplacés entre août et octobre 2017..

L’ASN classe :

  • au niveau 2 de l’échelle INES,
    les défauts de résistance au séisme des vases d’expansion des deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Paluel, compte tenu que les deux groupes électrogènes redondants sont affectés ;
  • au niveau 1 de l’échelle INES,
    les défauts de résistance au séisme des vases d’expansion d’un groupe électrogène de secours à moteur diesel des réacteurs de Nogent 1, Penly 1, Belleville 2, Cattenom 2 et Paluel 3, compte tenu qu’un seul groupe électrogène sur les deux est affecté.

https://www.asn.fr/Informer/Actualites/Incidents-de-niveau-1-et-niveau-2-relatifs-aux-groupes-electrogenes-de-secours-a-moteur-diesel