Fév 06

LES ÉTATS-UNIS RELANCENT LA COURSE AUX ARMES NUCLÉAIRES

Alors que le traité de réduction des armes stratégiques New Start, signé avec la Russie en 2010, entre pleinement en vigueur aujourd’hui, la nouvelle “posture nucléaire” de l’administration Trump appelle Washington à se doter de nouvelles armes de faible puissance en réponse au réarmement de Moscou.

En signant il y a huit ans le traité de réduction des armes stratégiques New Start avec la Russie, “le président Obama avait exprimé l’espoir qu’il s’agissait d’une première étape vers de plus importantes réductions [des armements] et, à terme, vers l’avènement d’un monde sans armes nucléaires, rapporte le New York Times. <https://www.nytimes.com/2018/02/04/us/politics/trump-nuclear-russia.html?hp&action=click&pgtype=Homepage&clickSource=story-heading&module=first-column-region&region=top-news&WT.nav=top-news>

Mais alors que s’ouvre aujourd’hui la dernière phase de New Start – les deux parties devant désormais respecter les limites fixées par le traité –, “l’optimisme n’est plus de mise”, souligne le quotidien.

Et pour cause : la “nouvelle posture nucléaire” de l’administration Trump, dévoilée le 2 février et appelant à contrer la modernisation de l’arsenal russe, “va ouvrir une nouvelle course aux armements nucléaires”, note le New York Times. Une nouvelle compétition “moins basée sur le nombre d’armes que sur les nouvelles tactiques et technologies permettant de déjouer les plans de l’autre camp”.

Relents de guerre froide

Le magazine britannique The Economist détaille, <https://www.economist.com/news/united-states/21736366-america-seeks-expand-its-arsenal-low-yield-nuclear-weapons-new-threat-new-weapons>  pour sa part, le contenu de la “nouvelle posture nucléaire” américaine. Celle-ci appelle notamment au développement de nouvelles ogives nucléaires dites de ‘faible puissance’, qui équiperaient des missiles balistiques embarqués à bord de sous-marins, et à plus long terme, d’un nouveau missile de croisière destiné aux sous-marins”.

La logique qui sous-tend cette décision “rappelle le temps de la guerre froide, quand le gouvernement Kennedy avait mis au point la stratégie de ce que l’on appelait la ‘riposte graduée’”, note le magazine.

Le magazine Foreign Policy souligne, (https://foreignpolicy.com/2018/02/02/does-trump-want-a-nuclear-arms-race-because-obama-didnt/)  de son côté, que le traité New Start va expirer en 2021 et que le locataire de la Maison-Blanche, Donald Trump, n’a jusqu’ici “manifesté aucune envie de le prolonger”.

Coercition

“En dénigrant tous les accords négociés par le président Obama […], le gouvernement Trump court le danger de ne se concentrer que sur des moyens de coercition militaires, au lieu de puiser dans toute la panoplie de moyens diplomatiques, économiques, politiques et sécuritaires dont disposent les États-Unis”, souligne le magazine.

https://www.courrierinternational.com/article/les-etats-unis-relancent-la-course-aux-armes-nucleaires