Fév 24

DÉCHETS NUCLÉAIRES. BURE, LE DOSSIER EMBARRASSANT DE NICOLAS HULOT

Les forces de l’ordre ont évacué jeudi la « zone à défendre » du Bois Lejuc située près de Bure (Meuse), où doivent être enfouis des déchets nucléaires. Si le ministre de l’Intérieur a redit son soutien au projet, un autre membre du gouvernement est dans une situation plus inconfortable : le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, qui a milité contre il y a deux ans.

L’image a fait le tour des réseaux sociaux, jeudi 22 février. Alors que 500 gendarmes sont intervenus sur le site du Bois Lejuc, près de Bure (Mesure), pour déloger les opposants <https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/bure-evacuation-des-opposants-au-projet-d-enfouissement-de-dechets-nucleaires-5582245>  au projet d’enfouissement de déchets nucléaires, des parlementaires communistes, écologistes de la France insoumise ont relayé une photo où l’on voit Nicolas Hulot, en octobre 2016, lors d’un salon du bio en Bretagne. L’actuel ministre de l’Écologie qui ne l’était pas encore au moment de ce cliché, tient une pancarte où est inscrit « Cigéo Bure : Je dis non ».

À l’époque, le militant écologiste fait le tour des plateaux télé et radio pour expliquer son rejet du nucléaire et critique le manque de concertation dans le projet Cigéo d’enfouissement des déchets. «  On ne peut pas l’imposer à des populations locales, sous prétexte qu’elles sont dans des endroits un peu éloignés, sans les consulter, sans transparence », explique-t-il sur Itélé <https://www.dailymotion.com/video/x4dbqww>  (aujourd’hui CNews).

« Je ne suis pas en porte-à-faux avec ma conscience »

Deux ans plus tard, le discours a évolué. Le jour de l’expulsion, il est interpellé à l’Assemblée par Mathilde Panot, députée LFI du Val-de-Marne. « Regardez cette photographie que je vous ai apportée. […] Je ne vous reconnais plus. Vous ne pouvez pas continuer à faire l’autruche, monsieur le ministre. Ma question est simple : où est monsieur Hulot ? Et s’il vous reste un brin de cohérence, pourquoi ne quittez-vous pas ce gouvernement, où vous servez de caution à cette violence contre des citoyens qui défendent l’intérêt général ? », lui lance-t-elle.

« Je n’ai pas l’impression d’être en porte-à-faux avec ma conscience. J’aurais préféré ne jamais avoir à traiter ce sujet-là […] On n’a pas brûlé les étapes à Bure. Rien n’est définitif, rien n’est acté», rétorque Hulot.

« Je ne peux pas les faire disparaître par enchantement  »

Il a raison : dans les faits, rien n’est acté. En 2019, l’Andra, l’Agence nationale pour la gestion des déchets
radioactifs, doit encore effectuer des forages exploratoires sur le site pour recueillir des données. Mais on voit mal comment l’organisme public pourrait renoncer à aller au bout du projet avec l’aval du gouvernement. Car l’Andra travaille sur ce sujet depuis 25 ans et ses conclusions sont sans équivoque : l’enfouissement des déchets à Bure est, selon eux, la meilleure solution.

Le ministre de l’Écologie est plus partagé, mais il admet ne pas avoir de plan B, pour le moment. «On a ces déchets, on aurait dû s’en préoccuper plus tôt parce qu’on savait que ça posait un problème philosophique considérable. Qu’est-ce qu’on en fait ? Est-ce qu’on les enfouit de manière irréversible pour des centaines de milliers d’années ? Ce n’est pas la conception que je me fais d’une civilisation, mais je ne peux pas les faire disparaître comme par enchantement ». Pour autant, il reste prudent. « On va regarder la moins mauvaise solution », ajoute-t-il.

Sébastien Lecornu favorable au projet

Reste que le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, un ancien membre des Républicains qui a un parcours bien différent de son ministre de tutelle, a un avis beaucoup plus tranché. Quand il est allé visiter les installations de l’Andra en janvier, « Sébastien Lecornu a réaffirmé son soutien au projet d’enfouissement des déchets », indique Mathieu Saint-Louis, porte-parole de l’agence.

Au micro d’Europe 1 <http://www.europe1.fr/politique/bure-lenfouissement-est-la-solution-la-moins-pire-plaide-lecornu-3582428> , vendredi, Sébastien Lecornu a ajouté : « Nicolas Hulot est pragmatique depuis sept mois. Il voit bien qu’il y a une difficulté. Il souhaite que l’on puisse continuer à faire des recherches sur la question de l’enfouissement profond des déchets, même s’il s’en serait bien passé ».

Nicolas Hulot a remporté un premier combat avec l’enterrement du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes < https://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/nddl/ > . Il risque de perdre le second en cas de validation d’enfouissement des déchets à Bure.

https://www.ouest-france.fr/politique/nicolas-hulot/dechets-nucleaires-bure-le-dossier-embarrassant-de-nicolas-hulot-5584759

Pour voir et écouter la vidéo correspondante (4mn01s), cliquer sur :

https://www.youtube.com/watch?v=wImnJAfFUEg&feature=youtu.be