Mar 02

UN NOUVEL ÉVÉNEMENT SIGNALÉ PAR LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE BELLEVILLE À L’AUTORITÉ DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE

EDF a annoncé, cette semaine, avoir déclaré, le 14 février, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), un événement significatif de sûreté de niveau 1 sur l’échelle Ines (*), survenu fin 2017 à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire.

C’est la conséquence du blocage d’une grappe de commande à l’occasion des essais de redémarrage du réacteur n°2 de la centrale situé au nord-est du Cher, après un arrêt programmé pour recharge de combustible et des opérations de maintenance. Cette grappe permet, avec d’autres, de contrôler la réaction nucléaire dans le cœur du réacteur, selon EDF.

Une analyse a permis de comprendre que ce blocage était dû à l’usure d’une manchette thermique, censée limiter l’impact d’un choc thermique à l’occasion des déplacements de la grappe de commande.

La manchette thermique d’un des réacteurs en cours de remplacement

Selon EDF, « une situation comparable d’usure de ce composant a été observée » à la centrale de Saint-Alban-du-Rhône (Isère). Vingt-quatre autres réacteurs « pouvant être concernés par ces défauts » vont être examinés lors de prochains arrêts d’ici le « deuxième trimestre 2019 » en France.

À Belleville, la manchette thermique du réacteur n°2 est en cours de remplacement.

Depuis septembre dernier, le site de Belleville est sous la surveillance renforcée de l’ASN « en raison de la dégradation du niveau de sûreté » constaté depuis 2016.

(*) Échelle internationale de classement des événements nucléaires, qui compte huit niveaux, de 0 à 7.

https://www.leberry.fr/belleville-sur-loire/faits-divers/2018/03/01/un-nouvel-evenement-signale-par-la-centrale-nucleaire-de-belleville-a-l-autorite-de-surete-nucleaire_12757315.html