Mar 12

FUKUSHIMA, 7 ANS APRÈS : 159 CAS DE CANCER THYROÏDIEN CONFIRMÉS ET 35 ENFANTS EN ATTENTE D’UNE OPÉRATION

Le 25 décembre 2017, l’Université de Médecine de Fukushima (la FMU) a publié les derniers chiffres des tests thyroïdiens en cours. Les données comprennent les chiffres allant jusqu’à la fin de septembre 2017.

On en est à la troisième série de dépistage qui a démarré en mai 2016 et devrait se terminer à la fin mars 2018.
Au total, 159 cas de cancer sont confirmés, 35 enfants attendent toujours la chirurgie.
Ils ont été opérés à cause d’une croissance rapide de la tumeur, des métastases ou parce qu’elle menaçait des organes vitaux.

Selon la base de données du Registre du cancer japonais, le taux d’incidence du cancer de la thyroïde de l’enfant était avant la catastrophe nucléaire autour de 0,35 pour 100.000 enfants par an.

Avec une population pédiatrique d’environ 360.000 enfants, la préfecture de Fukushima aurait attendu environ un seul nouveau cas de cancer de la thyroïde de l’enfant chaque année.

On observe aujourd’hui clairement une répartition géographique des cas de cancers. La FMU a longtemps éludé cet aspect, ce qui lui permettait de nier un éventuel rapport entre la fusion des cœurs des réacteurs de Fukushima et l’élévation des taux de cancers de la thyroïde.

Voici la carte des zones où ont eu lieu les examens
«13 communes évacuées», c’est la zone la plus proche de la centrale

Les dépistages durent deux ans et les dates des différentes séries de dépistage se chevauchent dans le temps; cela complique bien sûr la lecture et l’interprétation des résultats. Mais en décembre la FMU a présenté un tableau avec des données « nettoyées » qui étaient censées prendre en compte justement la différence temporelle entre les différents dépistages:

Cas de cancer ou de suspicion de cancer
détectés chez les participants aux deux premiers tours, classés par zone – 30 juin 2017
.

Extrait du tableau en allemand du Dr Rosen

Avant Fukushima l’incidence du cancer de la thyroïde des enfants au Japon était de 0,35 cas par an pour 100.000 enfants.

Ce résultat est extrêmement significatif et il ne peut pas s’expliquer ou être relativisé par un effet de dépistage, car les résultats des premiers examens de tous les patients sont très clairs. [Les cancers découverts lors des deuxième et troisième dépistages touchent des gens qui n’avaient pas de cancer lors du premier dépistage].

C’est aussi la première fois que la FMU inclut dans sa présentation des résultats les données officielles sur l’incidence du cancer de la thyroïde (c’est-à-dire le taux annuel de nouvelles victimes sur 100 000 enfants)…

Poursuivre votre lecture sur le site : https://www.vivre-apres-fukushima.fr/fukushima-7-ans-apres-159-cas-de-cancer-thyroidien-confirmes-et-35-enfants-en-attente-dune-operation/