Mar 22

LA CORÉE DU NORD VA TENIR UNE RÉUNION PARLEMENTAIRE CLÉ LE 11 AVRIL

SÉOUL, 22 mars (Yonhap) — La Corée du Nord va convoquer une grande réunion parlementaire le mois prochain, a annoncé aujourd’hui l’organe de presse officiel de Pyongyang, en amont des sommets prévus avec la Corée du Sud et les États-Unis.

Le présidium de l’Assemblée populaire suprême (APS) a décidé de tenir la sixième session de la 13e assemblée du pays le 11 avril, a indiqué l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) via une courte missive.

L’APS, le corps législatif de la Corée du Nord, est l’organe le plus élevé au sein du pouvoir de l’État selon la Constitution et entérine sans discussion les décisions prises par les organisations les plus puissantes, telles que le Parti du travail.

Chaque année en avril, l’APS tient une session plénière, à laquelle assistent des centaines de députés, pour finaliser les dépenses budgétaires du pays et réorganiser les différentes entités du gouvernement.

La réunion de l’assemblée précèdera le sommet prévu par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avec son homologue du Sud Moon Jae-in fin avril ainsi que sa rencontre avec le président américain Donald Trump qui devrait avoir lieu en mai.

Trump a accepté de rencontrer Kim après plus d’un an de tensions accrues suscitées par les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

Les envoyés spéciaux sud-coréens qui se sont entretenus avec le leader du Nord au début du mois de ce mois-ci ont transmis à Trump le souhait de Kim de s’engager en faveur de la dénucléarisation.

La Corée du Nord prend habituellement des décisions sur les affaires nationales lors des réunions de son assemblée, mais la session de cette année recevra une attention particulière en raison des messages externes que le Nord devrait envoyer avant les sommets avec Séoul et Washington.

Lors d’une réunion parlementaire tenue en avril 2012, Pyongyang a stipulé dans la préface de sa Constitution que le pays était un État nucléaire.

La Corée du Nord a justifié la possession d’armes nucléaires à partir de 2013, quand l’APS a adopté une loi sur la consolidation de son statut d’État nucléaire pour l’autodéfense.

L’année dernière, lors d’une session de l’APS, le Nord a relancé une commission parlementaire des affaires étrangères pour la première fois en 19 ans, une initiative qui viserait à améliorer ses relations extérieures au milieu de sanctions internationales sévères.

La réunion parlementaire de cette année devrait servir à approuver le plan budgétaire et à discuter de la réorganisation des personnels comme l’année dernière, selon le ministère de l’Unification.

«La Corée du Nord prévoit de mener une réorganisation des personnels à la suite de la session plénière du comité central du Parti du Travail en octobre 2017», a précisé le ministère.

Le régime communiste devrait changer de nombreuses élites du pouvoir dont Kim Yong-nam, chef d’État protocolaire.

La Corée du Nord pourrait en effet remplacer Kim, président du présidium de l’Assemblée populaire suprême âgé de 90 ans, comme le régime a besoin de mener une diplomatie active pour améliorer les relations avec la Corée du Sud et les États-Unis, selon Cheong Seong-chang, chargé de recherche à l’institut Sejong.

Kim est venu en Corée du Sud le mois dernier en tant que président de la délégation de haut niveau du Nord à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang.

lp@yna.co.kr

kimsy@yna.co.kr