Mar 26

ÉTATS-UNIS : 42 TRAVAILLEURS DE HANFORD CONTAMINÉS PAR DES RADIATIONS

Les résultats finaux des tests effectués par les travailleurs après une propagation de contamination en décembre ont révélé que 11 travailleurs de Hanford avaient inhalé ou ingéré des particules radioactives provenant de la démolition de l’usine de traitement du plutonium de la réserve nucléaire. 

C’est en plus des 31 résultats de tests positifs après une propagation similaire de la contamination en juin à l’usine située au centre de la réserve nucléaire.

La démolition à l’usine a été arrêtée depuis décembre. Elle ne reprendra pas avant que le ministère de l’Énergie n’approuve un nouveau plan de démolition et qu’un plan soit approuvé et mis en œuvre pour prévenir la propagation de petites particules radioactives dans l’air.

Le département d’écologie de Washington, un régulateur sur le projet, a également déclaré qu’il ne permettra pas la démolition de continuer s’il n’est pas convaincu que cela peut être fait en toute sécurité.

La démolition en plein air de l’usine a débuté à la fin de l’année 2016 avec l’utilisation d’équipements lourds pour démolir les murs. Des travaux importants ont déjà été effectués pour retirer autant de matériel contaminé que possible de l’usine.

Selon un rapport préliminaire publié au début du mois par CH2M / Jacobs Engineering avec l’aide du Département américain de l’énergie, le système de surveillance de l’air n’a pas réussi à détecter la propagation de la contamination radioactive.

La surveillance de l’État a révélé que les particules de plutonium et d’américium se déplaçaient jusqu’à 10 milles du site de démolition, près de Richland. Les véhicules, les immeubles de bureaux et les travailleurs ont été soumis à des tests de détection de traces de contamination radioactive.

Un plan de démolition plus sûr n’a pas encore été publié.

Le projet a été troublé par la contamination radioactive trouvée à l’extérieur des bureaux des travailleurs à l’usine et sur les voitures des travailleurs et les véhicules du gouvernement.

Sept foyers de travailleurs ont été contrôlés pour la contamination radioactive, sans aucun trouvé.

Le département de la santé de l’état a trouvé de très petites quantités de contamination radioactive dans l’air au cours de la dernière année qui aurait pu provenir de la démolition de l’usine à des kilomètres, près de la route 240 et du fleuve Columbia.

La perte de contrôle des particules radioactives était une préoccupation, bien que les quantités trouvées aient été jugées trop petites par les experts de l’état pour présenter un risque pour la santé.

Au cours de la série de tests sur les travailleurs déclenchée par l’incident de décembre, 281 travailleurs ont été testés. Quelque 270 n’avaient aucune contamination interne détectable.

« Nous comprenons les préoccupations des employés en matière d’exposition interne », a déclaré jeudi une note envoyée aux employés de CH2M Hill Plateau Remediation, l’entrepreneur qui effectue la démolition.

Les experts dans la détermination de la dose de rayonnement ont rencontré des employés, dit le mémo. En outre, une brochure a été distribuée expliquant comment les doses ont été calculées.

Et le gouvernement fait des appels téléphoniques de suivi pour répondre aux questions restantes que les travailleurs testés peuvent avoir.

Les tests, qui ont été effectués sur des échantillons de déchets corporels, peuvent détecter des expositions bien en dessous de toute dose jugée nuisible, selon le mémo.

Parmi les tests les plus récents, la dose la plus élevée de rayonnement interne a été calculée entre 10 et 20 millirems pendant les 50 prochaines années à partir de particules dans leur corps.

Huit travailleurs devraient recevoir des doses de rayonnement de 1 à 10 millirems, et deux pourraient recevoir des doses inférieures à 1 millirem.

À titre de comparaison, le résident américain moyen est exposé à environ 300 millirems par an à partir du rayonnement de fond et naturel.

Environ une douzaine de travailleurs qui ont initialement demandé les tests ont ensuite changé d’avis et n’ont pas soumis d’échantillons pour les tests, laissant tomber le nombre de tests effectués après la diffusion de décembre à 281.

Après la propagation de la contamination en juin, la dose maximale calculée pour un travailleur était de 10 millirems sur 50 ans. La majorité des travailleurs avec des résultats positifs – 18 d’entre eux – ont alors eu des doses de rayonnement de moins de 0,5 millirem.

Par  Annette Cary, Tri-City Herald. Publié à l’origine le 24 mars 2018 

PHOTO: Des travaux de démolition sont en cours sur l’usine de finition Plutonium de la réserve nucléaire de Hanford, près de Richland, en juin dernier. Le travail a été arrêté depuis décembre. (Nicholas K. Geranios / AP)

https://www.seattletimes.com/seattle-news/42-hanford-workers-contaminated-with-radiation/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=article_title_1.1