Mai 20

PAS D’ENFOUISSEMENT DES DÉCHETS NUCLÉAIRES, NI À BURE, NI AILLEURS !

QUELQUES RAPPELS :

. Le 23 mai à 18h rassemblement à Chambéry, Boulevard Gambetta, devant les locaux d’ENEDIS/EDF, principal producteur des déchets nucléaires,

– en solidarité avec les militants jugés à Bar-Le-Duc le jour même,

– pour dire non à l’enfouissement,

– pour dire oui à l’arrêt définitif des réacteurs nucléaires du Bugey.

. Le 1er juin à 19h30 projection du documentaire « À Bure pour l’éternité »

Salle J.B. CARRON au Biollay à Chambéry (149, Rue Général Buisson)

Le film sera suivi d’un débat avec des personnes et des groupes impliqués dans l’opposition au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Haute-Marne).

Accueil à partir de 19h

. Le 16 juin toute la journée, rassemblement à Bar-Le-Duc pour dire non au projet Cigéo

Covoiturages ou car prévus au départ de Chambéry le vendredi 15 juin après-midi et dans la nuit de vendredi à samedi, retours prévus le samedi 16 au soir et le dimanche matin 17 juin.

Réservez votre place dès aujourd’hui par courriel à comitebure73@riseup.net

Pourquoi y a-t-il un problème de déchets nucléaires ?

L’industrie nucléaire, en plus des catastrophes qu’elle génère, produit de grandes quantités de déchets toxiques pour l’homme et pour l’environnement. La France, avec ses 58 réacteurs nucléaires en activité, est le pays le plus nucléarisé au monde. Mais elle ne dispose d’aucune solution sûre pour gérer ses déchets « ultimes », ceux dont la toxicité est la plus forte et va durer des milliers d’années. L’accumulation de ces déchets est un des éléments qui rend de moins en moins crédible le discours officiel sur le nucléaire qui serait une industrie d’avenir, « propre, sûre et peu coûteuse ».

Pour sauver son industrie nucléaire de la débâcle, technique, économique et symbolique, l’État français a inventé de nouvelles «lignes Maginot». Celle pour les déchets s’appelle Cigéo.

À quoi sert le projet Cigéo à Bure en Champagne Lorraine Ardennes ?

Cigéo est un projet d’enfouissement, en couches géologiques profondes, des déchets les plus dangereux qui vont rester radioactifs pendant des millénaires, autant dire pour l’éternité.

Mais comme personne ne veut ce type d’installation chez soi, ou à proximité, l’État nucléariste a trouvé trois « astuces » :

– créer une agence publique, l’ANDRA, chargée de « gérer » les déchets radioactifs ultimes,

– lui confier la réalisation, dans une zone géographique très peu habitée, d’un « laboratoire de recherche souterrain » ;

– arroser d’argent public les collectivités locales qui ont accepté dans un premier temps ce laboratoire et qui sont censées accepter dans un deuxième temps le centre industriel de stockage géologique de déchets radioactifs.

C’est ainsi que la commune de Bure a été choisie pour «accueillir» le projet Cigéo et pour créer l’illusion d’une solution pérenne et sûre aux problèmes des déchets nucléaires.

Pourquoi s’opposer à ce projet ?

Depuis près de 25 ans, des habitants, des élus locaux et des associations s’opposent aux projets d’enfouissement à Bure et ailleurs. Ainsi, plusieurs projets ont été bloqués, puis abandonnés, notamment dans l’Ain et en Corrèze (fief politique de l’ancien Président Hollande).

Parmi les arguments décisifs pour ne pas enfouir les déchets nucléaires on peut en retenir deux.

– Il n’est pas possible de garantir la sûreté, pendant des milliers d’années, d’un stockage géologique (toutes les installations de ce type réalisées à ce jour ont connu de graves déboires).

– La fuite en avant n’a jamais été une politique acceptable. Et Cigéo est le énième tour de passe-passe de l’industrie nucléaire qui n’a pas réussi à empêcher plusieurs catastrophes majeures en une cinquantaine d’années mais prétend gérer ses déchets pendant des millénaires.

La seule solution sûre et pérenne au problème des déchets nucléaires, c’est d’arrêter d’en produire !

Pour en savoir plus et signer la pétition pour l’arrêt définitif des réacteurs du Bugey, cliquer sur : https://arretdunucleaire-savoie.fr/