Juin 12

LA CRIIRAD : LES MENACES S’ACCUMULENT SUR NOTRE SANTÉ ET SUR NOTRE ENVIRONNEMENT !

La CRIIRAD a besoin des moyens nécessaires pour :

  • combattre les plans de gestion des situations post-accidentelles qui obligent à vivre en zone contaminée, et à consommer des aliments également contaminés
  • empêcher la délivrance de dérogations autorisant la dissémination de produits radioactifs dans notre environnement quotidien,
  • dénoncer les mensonges, les falsifications,  les expertises biaisées, les consultations alibi ayant pour unique objet de cautionner des décisions déjà prises,
  • développer des actions de formation et d’assistance auprès des citoyens et des associations de terrain, en France comme à l’étranger, pour amplifier nos actions et contrer la puissance du lobby nucléaire,
  • rechercher la vérité sur l’impact environnemental et sanitaire des catastrophes nucléaires, Tchernobyl et Fukushima,
  • évaluer l’impact des rejets radioactifs des installations nucléaires et dénoncer les carences des systèmes de contrôles officiels.
  • La cotisation des adhérents, leurs dons ainsi que celui des sympathisants, constituent les principales ressources de notre association. Grâce à ces soutiens, la CRIIRAD peut mener les études qu’elle estime nécessaire, en toute indépendance à la fois éthique, scientifique et financière.
  • L’adhésion est le moyen privilégié d’établir un lien durable avec notre association. Elle permet de suivre très régulièrement nos actions, de s’informer plus avant sur nos dossiers, de participer à sa vie interne et à ses orientation. Un nombre important d’adhérents nous confère un poids d’autant plus important lors de nos actions d’interpellation des autorités et contribue à une plus large diffusion de nos appels à mobilisations. Elle nous donne également une visibilité financière qui facilite notre gestion.
  • Nous avons besoin de vous: adhérez, faites adhérer ou faites un don pour soutenir nos actions!

À quoi servira votre don ou votre cotisation?

100% de votre don serviront à financer nos actions et en particulier celles destinées à nous opposer aux menaces décrites plus haut.

Réduction d’impôts :

Votre don est déductible de vos impôts (pour ceux qui y sont soumis) à hauteur de 66% : un don de 20 € ne vous coûte en réalité que 6,66€ !

http://espace-adherents.criirad.wbmu-002.fingerprint-technologies.net/don-ou-adhesion/

Voir ci-dessous un exemple récent de mission :

Asie Centrale, l’héritage empoisonné

Michèle Rivasi, députée européenne, a demandé au laboratoire de la CRIIRAD de l’accompagner lors d’une mission en Asie Centrale.

À l’époque soviétique, de nombreuses mines d’uranium ont été exploitées au Kirghizstan, Tadjikistan et Ouzbékistan. Ces trois républiques devenues indépendantes ont la charge de gérer l’héritage radioactif des anciennes mines et usines d’extraction de l’uranium.

La délégation a pu se rendre à Mailuu-Suu au Kirghizstan, qui comporte plus de 40 sites de stockage de déchets radioactifs, dont certains menacent la sécurité de la région. Ils sont en effet soumis à des risques d’inondations ou de glissements de terrain, qui s’intensifient avec le dérèglement climatique.

Les déchets radioactifs pourraient, par ruissellement, être emportés dans la rivière qui se déverse dans le Syr-Daria et aboutissent ainsi à la mer d’Aral. C’est toute la vallée de la Ferghana qui pourrait être touchée, une zone agricole fertile et très peuplée (plus de 11 millions d’habitants), située à cheval sur les trois pays. À Mailuu-Suu la population est exposée à la radioactivité depuis plusieurs décennies. Les anciennes galeries de mines sont accessibles, certaines habitations sont construites avec ou sur des matériaux radioactifs, les eaux de surface et souterraines sont contaminées par l’uranium.

L’intervention de la CRIIRAD a consisté à réaliser des mesures radiologiques, à formuler des recommandations, à apporter un soutien aux ONG locales et à témoigner, lors d’un colloque international, de l’importance de l’information des populations locales (exemple du travail effectué par la CRIIRAD en soutien aux associations de France et du Niger).

La Commission Européenne a retenu, en Asie Centrale, 7 sites à sécuriser en priorité pour un budget global estimé à 85 millions d’Euros. Elle cherche des donateurs. Elle a mandaté un consortium, piloté par une entreprise allemande très expérimentée, pour dresser un premier état des lieux et formuler des propositions concrètes. Pour mémoire, le réaménagement des anciennes mines d’uranium, exploitées par l’entreprise WISMUT en Allemagne de l’Est, a déjà coûté 5 à 6 milliards