Juin 18

LES ARSENAUX NUCLÉAIRES SE RÉDUISENT MAIS SE MODERNISENT

STOCKHOLM | Les pays dotés d’armes nucléaires réduisent leur arsenal tout en le modernisant, en dépit de la volonté affichée par la communauté internationale d’un désarmement, selon un rapport publié lundi par l’institut Sipri, qui juge la « stratégie de la dissuasion (…) préoccupante ».

Neuf pays (États-Unis, Russie, Royaume-Uni, France, Chine, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord) possédaient 14 465 têtes nucléaires début 2018, dont 3750 étaient déployées, selon les chiffres annuels de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri). Début 2017, leur nombre était de 14 935.

« La diminution du nombre total d’armes nucléaires dans le monde est due principalement à la Russie et aux États-Unis (…) qui continuent de réduire leurs forces nucléaires stratégiques conformément à la mise en œuvre du traité sur les mesures de réduction et de limitation supplémentaires des armes stratégiques offensives (New START) », a écrit Sipri dans son rapport.

Ce traité de réduction des armes stratégiques START, signé en 2010 entre la Russie et les États-Unis, est entré en vigueur en 2011.

Il prévoit une réduction de 30 % du nombre de têtes nucléaires détenues par les deux superpuissances atomiques – elles concentrent à elles seules près de 92 % des armes de ce type – et des vérifications mutuelles plus transparentes.

Les autres États dotés d’armes nucléaires, le Royaume-Uni (215 têtes), la France (300), la Chine (280), l’Inde (130-140), le Pakistan (140-150), Israël (80) et la Corée du Nord (10-20, données incertaines pour ce pays) « développent ou déploient [tous] de nouveaux systèmes d’armes nucléaires ou ont annoncé leur intention de le faire », alerte le Sipri.

« Le monde a besoin d’un engagement clair des États dotés d’armes nucléaires pour un processus efficace et juridiquement contraignant vers le désarmement nucléaire », a affirmé Jan Eliasson, président du Conseil d’administration du Sipri.

Le Sipri alerte également sur les avancées constatées en Corée du Nord « rapides et inattendues », notamment dans « l’essai de deux nouveaux types de systèmes de lancement de missiles balistiques à longue portée ».

Le 12 juin, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un ont eu un tête-à-tête historique à Singapour qui a abouti à la signature d’une déclaration commune sans percée majeure sur la question cruciale de l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord.

Deux jours après ce sommet, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a cependant réaffirmé l’importance des sanctions jusqu’à la dénucléarisation complète de la Corée du Nord.

AFP , lundi, 18 juin 2018 10:27

http://www.journaldemontreal.com/2018/06/18/les-arsenaux-nucleaires-se-reduisent-mais-se-modernisent