Juin 22

BURE: FIN DES GARDES À VUE POUR LES MILITANTS ANTI-CIGÉO

Les gardes à vue de huit militants opposés au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse), interpellés mercredi, ont pris fin et trois d’entre eux ont été mis en examen pour des actions commises en 2017, a appris l’AFP aujourd’hui auprès du parquet. Parmi les huit personnes interpellées, âgées de 20 à 60 ans, les trois mis en examen ont été placées sous contrôle judiciaire.

Deux personnes étaient en cours de déferrement devant le magistrat instructeur vendredi après-midi, tandis qu’une autre a été remise en liberté avec poursuite d’enquête, a relaté à l’AFP le procureur de la République, Olivier Glady. Une femme de 60 ans et un avocat parisien, principal conseil des opposants, ont été placés sous le statut de témoin assisté.

Les huit militants avaient été interpellés mercredi sur commission rogatoire d’un juge d’instruction pour des faits commis en 2017: des dégradations commises sur des bâtiments appartenant à l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), dont un départ d’incendie volontaire, et une manifestation illégale, le 15 août, au cours de laquelle des violences avaient éclaté entre opposants et forces de l’ordre.

Neuf habitations appartenant aux antinucléaires, principalement en Meuse, dont la Maison de résistance à Bure, avaient été perquisitionnées par plus de 200 gendarmes. Lors de la perquisition du domicile de l’avocat à Paris, où est installé son cabinet, son matériel informatique et son téléphone portable ont été saisis. « La procédure judiciaire prévoit qu’un débat devant le juge des libertés et de la détention doit avoir lieu pour confirmer ou infirmer les saisies opérées par le juge d’instruction« , a dit le procureur, précisant qu’il aurait lieu « la semaine prochaine« .

Le Conseil national des barreaux a dénoncé vendredi, dans un communiqué, « ces méthodes d’intimidation qui visent un avocat dans l’exercice de sa profession, dans un dossier où il était lui-même constitué et cette atteinte intolérable aux droits de la défense et au secret professionnel« . Une cinquantaine d’avocats de différents barreaux de France avaient dénoncé mercredi « une gravissime remise en cause du plein exercice de la profession d’avocat« .

« Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle affaire Tarnac, dont l’objectif est de détourner l’attention des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce des suspects et d’affaiblir la lutte« , ont réagi dans un communiqué des associations et collectifs opposés au projet Cigéo. Le projet Cigéo à Bure, mené par l’Andra, vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets les plus radioactifs ou à vie longue du parc nucléaire français.

Par  Le Figaro.fr avec AFP, publié le 22/06/2018 à 18:33

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/06/22/97001-20180622FILWWW00283-bure-fin-des-gardes-a-vue-pour-les-militants-anti-cigeo.php