Juil 19

NUCLÉAIRE – SCANDALE DU CREUSOT : L’AFFAIRE EST LOIN D’ÊTRE TERMINÉE, LA JUSTICE EST SAISIE

Communiqué de l’Observatoire du Nucléaire du 18 juillet 2018

– La Justice a été saisie par l’Observatoire du nucléaire

– L’Autorité de sûreté nucléaire fait partie des mis en cause

Par le biais d’un communiqué de sa filiale Framatome (ex-Areva NP) (1), EDF tente ce jour d’enterrer le scandale des milliers de pièces défectueuses produites pendant des années dans les usines du Creusot, à commencer bien sûr par la fameuse cuve du réacteur EPR, sans oublier les nombreux documents de sûreté qui ont carrément été falsifiés.

L’Observatoire du nucléaire rappelle donc que cette affaire n’en est qu’à son début et qu’il reste encore à en tirer tous les enseignements, à savoir que :

– le principe d’autocontrôle par les entreprises du nucléaire a totalement failli

– l’Autorité de sûreté nucléaire a démontré son incapacité à opérer un contrôle efficace

– les mesures les plus radicales doivent être prises pour éviter un Fukushima français

Il est d’ailleurs nécessaire de rappeler que, contrairement à ce qui est écrit ici où là :

ce n’est PAS l’ASN qui a découvert et révélé le scandale, comme prouvé par le tout premier communiqué de l’ASN sur cette affaire, qui commence par la formule consacrée (mise en gras ici) : « L’ASN a été informée par AREVA d’une anomalie de la composition de l’acier dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur de l’EPR de Flamanville. » (2)

ce n’est PAS l’ASN qui a saisi la justice, ou plus exactement, elle l’a fait près de six mois APRÈS l’Observatoire du nucléaire qui a déposé plainte le 4 mai 2016. (3)

Concernant ce dernier point, la nuance est cruciale car l’ASN fait partie des coupables (4) : pendant des années, elle n’a rien vu ou rien dit et, pire, elle s’est rendue coupable de complicité active en autorisant fin 2013 l’installation de la cuve de l’EPR dont elle connaissait les défectuosités (ce qui a été confirmé par l’enquête de Sylvain Tronchet pour Radio-France)

En saisissant la justice après l’Observatoire du nucléaire, l’ASN a tenté de se placer dans le camp des accusateurs alors que, de toute évidence, elle relève de celui des mis en cause, pour ne pas dire d’ores et déjà de celui des coupables.

L’Observatoire du nucléaire attend de la Justice qu’elle condamne sévèrement les entreprises du nucléaire ET l’Autorité de sûreté nucléaire, non seulement parce que c’est justifié mais aussi pour que l’opinion publique soit pleinement informée de la faillite absolue de la prétendue « sûreté nucléaire«  : il est nécessaire que les décisions les plus radicales soient prises au plus vite AVANT un Fukushima français et du fait d’un tel drame qui menace plus que jamais la population…

(1) https://www.romandie.com/news/Nucleaire-Le-Creusot-Framatome-a-acheve-l-analyse-des-anomalies-liees-au-parc-francais/937602.rom

(2) https://www.asn.fr/Informer/Actualites/EPR-de-Flamanville-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve

(3) https://www.romandie.com/news/Areva-lObservatoire-du-nucleaire-depose-plainte-pour-faux-et-mise-en-danger-/700617.rom

(4) http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article336