Août 13

LES ÉTATS-UNIS RÉDUITS (SIC) AU NUCLÉAIRE

Le monde semble inconscient du risque de guerre nucléaire découlant de la volonté des États-Unis d’échapper aux nouvelles armes hypersoniques dont vient de se doter la Russie. Pourtant les dernières déclarations de l’état-major américain devrait sonner l’alarme générale.

Le général Hyten, chef des forces stratégiques US (US Strategic Command, ou STRATCOM), a remarqué, le 7 août 2018, lors du Space and Missile Defense Symposium de Huntsville (https://smdsymposium.org/agenda/ que la Russie avait pris une avance irrattrapable dans le domaine des armements avec les nouvelles armes hypersoniques annoncées par Vladimir Poutine le 1er mars 2018, dont l’une, le missile Kh47  kinzal, a déjà été expérimentée avec succès. L’ensemble de ces armes pourrait entrer en service en 2019 ou en 2020.

Le général Hyten, pour rassurer, si l’on peut dire, ses auditeurs, a confirmé qu’en cas d’emploi par la Russie d’une de ces armes, même dotée d’une charge conventionnelle à la portée limitée, les États-Unis pourraient se défendre en employant en riposte l’arme nucléaire. Inutile de souligner que l’arme nucléaire, même de faible volume (dite tactique), aurait le même effet destructeur que plusieurs bombes du type de celle employé à Hiroshima.

Dans ce cas, la Russie avait toujours averti qu’en cas d’emploi d’une de ces armes nucléaires, elle riposterait immédiatement par une bombe elle-même nucléaire. Il s’en suivrait une guerre atomique généralisée, potentiellement destructrice de toutes civilisations humaines.

Le Pentagone espère évidemment que consciente de ce risque, l’armée russe ne fera jamais appel à l’un de ces missiles, même confrontée à une attaque américaine utilisant des armes conventionnelles. D’un jour à l’autre cependant, le risque existe, sur une moindre échelle. Ainsi, en Syrie, si la Russie ripostait à un bombardement provenant d’une base militaire américaine  par l’envoi d’un missile Kinzal ayant provoqué la mort d’un militaire américain, elle pourrait faire l’objet d’une attaque nucléaire destinée à la dissuader de toute résistance.

C’est manifestement la volonté du Pentagone, espérant désarmer définitivement la Russie, comme la Chine dans le Pacifique. Désarmer signifie en l’espèce que les États-Unis, autrement dit l’Empire américain, pourraient étendre indéfiniment leur pouvoir sur le monde.

Il serait peu probable que Poutine ou XI Jinping acceptent passivement de se soumettre à un tel chantage. Faut-il donc se préparer, du fait de l’incapacité de l’industrie américaine à produire en temps utile des armes hypersoniques du niveau de celles des Russes, à la guerre nucléaire? 

Par Jean-Paul Baquiast, le 13 août 2018

https://blogs.mediapart.fr/jean-paul-baquiast/blog/130818/les-etats-unis-reduits-sic-au-nucleaire

NOTE : Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Médiapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.

Pour plus de détails voir l’article du 13/08/2018 sur : http://www.dedefensa.org/article/la-course-a-lechalote