Août 22

IRAN: WASHINGTON NE CHERCHE PAS UN CHANGEMENT DE RÉGIME MAIS DE « COMPORTEMENT »

Les États-Unis ne cherchent pas un renversement du régime iranien, mais à obtenir de sa part « un changement radical » de comportement, a dit mercredi le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump.

John Bolton a évoqué devant la presse à Jérusalem la décision de M. Trump de rétablir des sanctions à l’encontre de la République islamique ainsi que les manifestations survenues ces derniers mois en Iran.

« Pour être clairs, la politique américaine n’est pas à un changement de régime en Iran, mais ce que nous voulons est un changement radical de comportement de la part du régime« , a-t-il dit.

Bolton a mis les manifestations sur le compte de la mauvaise gestion de longue date de l’économie par Téhéran, mauvaise gestion dont l’accord nucléaire international de 2015 a selon lui « atténué » les effets.

Après avoir dénoncé l’accord, réimposé les sanctions américaines et « fait retomber le marteau » sur l’Iran, « nous avons vu un effet profondément négatif sur l’Iran, je crois même plus sévère que nous ne l’aurions prédit« , a dit M. Bolton.

Il a assuré que les manifestations n’étaient pas organisées et ne résultaient pas d’un « complot« .

Les États-Unis sont prêts à un accord avec le régime iranien, mais si ce dernier ne se conforme pas aux exigences américaines, ils exerceront une « pression maximale sur l’Iran pour signifier clairement qu’ils n’obtiendront jamais d’armes nucléaires opérationnelles« , a encore prévenu John Bolton.

Bolton a par ailleurs prévenu que les États-Unis répliqueraient « très fortement » si le régime syrien de Bachar al-Assad se servait d’armes chimiques dans son offensive pour reprendre la province d’Idleb (nord).

John Bolton a espéré que de précédentes frappes américaines contre le régime syrien auraient un effet dissuasif. « Mais que les choses soient claires: si le régime syrien emploie des armes chimiques, nous réagirons très fortement, et ils feraient bien de réfléchir un bon moment avant une quelconque décision« , a-t-il affirmé.

Après sept années de guerre, Bachar al-Assad veut reprendre le contrôle de cette province d’Idleb, à la frontière avec la Turquie, la dernière à être encore largement dominée par les rebelles et djihadistes.

AFP, publié le mercredi 22 août 2018 à 10h59

https://actu.orange.fr/monde/iran-washington-ne-cherche-pas-un-changement-de-regime-mais-de-comportement-CNT0000015U7kb.html