Sep 01

NUCLÉAIRE : LES RÉACTEURS EPR, HISTOIRE D’UN CASSE-TÊTE FRANÇAIS

Malgré le chantier tourmenté de Flamanville, un rapport préconise la construction à partir de 2025 de six nouveaux réacteurs nucléaires de troisième génération.

Semaine noire pour le camp écologiste. Deux jours après la démission détonante de Nicolas Hulot du gouvernement, voilà qu’un rapport préconise à l’État de poursuivre et même d’intensifier sa construction de réacteurs nucléaires.

Et pas n’importe quel type : l’EPR, ce fleuron de la technologie française conçu pour durer 60 ans grâce à une puissance et une sûreté améliorées, mais victime ces dernières années de plusieurs déconvenues.

Avant d’envisager d’en construire six à partir de 2025, le ministre de l’Économie Bruno Lemaire a d’ailleurs posé sa condition : attendre la mise en service du premier réacteur, celui de Flamanville (Manche), qui sauf énième accident, doit ouvrir en 2020. Censé propulser la filière française dans une nouvelle ère, le chantier normand s’est transformé en un naufrage industriel et financier sans précédent. Bilan encore provisoire mais déjà calamiteux : huit ans de retard et un devis qui a triplé en dix ans (près de 11 milliards aujourd’hui). (NDLR : le devis initial était de 2,8 milliards, donc il faudrait plutôt dire quadruplé et non triplé) La cause : des anomalies en tous genres découvertes sur la composition de l’acier du couvercle et du fond de la cuve, ou plus récemment, des problèmes de soudures.

Selon Charlotte Mijon, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, le « fiasco » Flamanville aurait dû pousser les autorités à freiner les investissements afin d’aider à atteindre l’objectif de 50 % de part du nucléaire dans la production d’électricité. « Cela relève de la supercherie intellectuelle et de l’auto-persuasion de continuer sur cette voie », déplore-t-elle auprès du Parisien. Un discours dans la lignée de celui du Nicolas Hulot tout frais démissionnaire, qui a qualifié mardi l’énergie atomique de « folie inutile économiquement, techniquement, dans laquelle on s’entête ».

http://www.leparisien.fr/economie/nucleaire-les-reacteurs-epr-histoire-d-un-casse-tete-francais-30-08-2018-7870665.php