Sep 06

LE DÉCLIN ANNONCÉ DU NUCLÉAIRE EUROPÉEN

Dans le meilleur des cas, la capacité installée des réacteurs nucléaires d’Europe occidentale aura diminué du tiers en 2035. Dans le scénario du pire, la chute atteindra près de 85 %. (NDLR : du pire ou du meilleur ?) Ce déclin sera un peu moins marqué en France, mais n’échappera pas à la tendance générale. Ce sont là les conclusions d’un mémoire de maîtrise déposé cet été à l’Institut de physiques des particules de Zürich par Ludovic Touzé-Peiffer. Si l’Europe souhaite ralentir cette tendance, elle doit se décider très bientôt, ajoute le chercheur. 

Ludovic Touzé-Peiffer commence sa démonstration en décrivant le parc nucléaire actuel. À la fin de 2016, il y avait exactement 100 réacteurs nucléaires commerciaux en activité en France et dans les six pays limitrophes, pour une capacité installée totale de 99,2 GW. Il s’agit d’un parc vieillissant : l’âge moyen des réacteurs est de 34 ans et 89 % d’entre eux auront dépassé la barre des 40 ans d’ici 2030. Dans les sept pays concernés, un seul réacteur est en construction (Flamanville, en France).

Les réacteurs ont été conçus en fonction d’une durée de vie utile de 40 ans. (NDLR : à l’époque, c’était 30 ans !) Il est possible que les autorités autorisent l’exploitation de certains d’entre eux au-delà de ce terme, mais le chercheur, qui consacre la première partie de son mémoire aux mécanismes de vieillissement des cuves des réacteurs, estime toutefois qu’une durée de vie de plus de 50 ans est peu probable.

Les pays limitrophes

L’étude dresse ensuite un rapide bilan des six puissances nucléaires limitrophes à la France.

  • La Belgique a sept centrales d’une puissance installée totale de 5,9 GW. Le pays a décidé de les fermer toutes d’ici 2025. Les deux plus récentes auront alors 40 ans.
  • L’Allemagne conserve huit centrales d’une capacité totale de 10,8 GW. Leur retrait progressif a été annoncé en 2011 et devrait être complété en 2022.
  • L’Italie n’a plus de centrale nucléaire depuis 1990 et n’a pas l’intention d’en construire.
  • L’Espagne a sept centrales, d’une capacité totale de 7,1 GW. Le pays permet aux exploitants de demander une prolongation de 10 ans de leur permis d’exploitation, pour porter la durée de vie des installations à 50 ans. Même si toutes ces demandes sont acceptées, la moitié de la capacité nucléaire espagnole aura disparu en 2035. Il n’existe pas de projet de nouvelles constructions.
  • La Suisse a cinq centrales d’une capacité totale de 3,3 GW. En 2017, le gouvernement a décidé de ne plus en construire de nouvelles et de retirer celles qui existent au terme de leur vie utile. La dernière centrale suisse devrait fermer ses portes vers 2034.
  • La Grande-Bretagne possède 15 centrales, d’une capacité totale de 8,9 GW. La plupart sont âgées et devraient fermer vers 2023-2025. La plus récente pourrait rester en service jusqu’en 2035. Le pays envisage de remplacer sa flotte en tout ou en partie, mais ses intentions ne sont pas claires pour le moment : selon les scénarios, on pourrait ajouter une capacité de 3,3 à 14,5 GW d’ici 2035, mais rien n’est encore confirmé.

La situation en France

En 2017, la France avait 58 réacteurs d’une capacité totale de 63,1 GW. Ce parc a fourni 76,3 % de la production électrique totale du pays. De ces 58 réacteurs, quatre ont déjà plus de 40 ans et 44 ont entre 30 et 40 ans. L’autorité de sûreté nucléaire doit décider s’il prolonge la vie de ces réacteurs à 50 ans, mais rien n’est confirmé encore. Un seul réacteur est en construction, à Flamanville. Il doit entrer en service en 2019 s’il n’y a pas de nouveaux délais.

Le chercheur évalue ensuite quatre scénarios, selon que la durée de vie est limitée à 49 ou à 50 ans ou qu’on ajoute ou non 10 GW de nouvelle capacité d’ici 2035. Si on limite la durée de vie des centrales à 40 ans sans en construire de nouvelles, le parc nucléaire français aura perdu près de 80 % de sa capacité dès 2035. Dans le scénario le plus favorable, le parc perd tout de même plus de 25 % de sa capacité.

Éviter le déclin du parc nucléaire?

L’avenir de l’énergie nucléaire en Europe occidentale repose donc sur deux pays seulement, qui hésitent de surcroît à s’engager pour l’avenir. De plus, le temps commence à manquer. Une étude des 451 réacteurs en activité dans le monde montre que leur construction a pris 7,5 années en moyenne. Mais les deux projets courants du seul constructeur européen de centrales nucléaires encore en activité, Areva NP, sont beaucoup plus lents. S’il n’y a pas de nouveaux délais, la construction de la centrale de Olkiluoto, en Finlande, prendra 14 ans (de 2005 à 2019). Celle de Flamanville, 11 ans. Il est donc trop tard pour remplacer la portion du parc qui sera fermée en 2025 et l’horizon 2035 apparaît très proche.

Le chercheur rappelle que le déclin du parc nucléaire menace l’approvisionnement électrique de toute l’Europe occidentale en raison des ventes d’électricité entre pays. Il s’interroge aussi sur les solutions les plus rapides pour remplacer la capacité perdue. Entre l’augmentation des capacités de transport transfrontalier, les parcs d’éoliennes, les centrales au gaz et les parcs photovoltaïques, la dernière option est de loin la plus rapide (quatre ans, contre plus de dix pour une centrale nucléaire). L’indécision actuelle en matière d’énergie pourrait mener à adopter les solutions les plus expéditives.

Source :

Ludovic Touzé-Peiffer, Ageing of Pressurized Water Reactors : From causes of ageing to consequences on the electricity system in Western Europe, Thèse de maîtrise, ETH Zürich, juillet 2018.

thesis_Ludovic_TOUZE_Peiffer

https://energieetenvironnement.com/2018/09/05/le-declin-annonce-du-nucleaire-europeen/