Sep 08

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU PLAIDE POUR UNE INTERDICTION DES ESSAIS NUCLÉAIRES « JURIDIQUEMENT CONTRAIGNANTE »

New York, États-Unis, 7 septembre  (Infosplusgabon) –  À l’occasion de la célébration annuelle de la Journée internationale contre les essais nucléaires, le 29 août dernier, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné le « lien indissociable » entre les essais et l’élimination des armes nucléaires dans le monde.

« Le mois dernier, j’ai visité le Japon et rencontré des survivants de l’attaque à la bombe atomique sur Nagasaki« , a déclaré M. Guterres, lors d’une réunion de haut niveau, à New York, commémorant la Journée.

« Grâce aux témoignages des survivants, les Hibakusha, on nous rappelle la nécessité de veiller à ce que les armes nucléaires ne soient plus jamais utilisées« , a indiqué M. Guterres, qui a également souligné la nécessité de « se souvenir des victimes de l’ère désastreuse des essais nucléaires à grande échelle« , selon un communiqué de l’ONU.

« Plus de 2 000 essais nucléaires ont touché des personnes et des communautés dans de nombreuses régions, des habitants de Semipalatinsk et de la steppe du Kazakhstan aux habitants du Pacifique Sud et au peuple Maralinga Tjarutja d’Australie méridionale« , a-t-il indiqué, ajoutant que « certaines des communautés les plus vulnérables du monde se trouvaient dans certaines des régions les plus fragiles de la planète« .

De plus, le Secrétaire général de l’ONU a souligné que les essais nucléaires ont inévitablement un « impact catastrophique » sur l’environnement, la santé humaine, la sécurité alimentaire et le développement économique.

« C’est pourquoi nous devrions tous nous féliciter de la norme sévère contre les essais nucléaires qui s’est développée depuis la fin de la guerre froide, notamment grâce aux moratoires volontaires mis en place par la plupart des États dotés d’armes nucléaires« , a-t-il souligné.

Depuis le début du siècle, seule la République populaire démocratique de Corée a enfreint cette norme, ce qui a conduit à la condamnation du Conseil de sécurité et à l’imposition répétée de sanctions.

« Ce que ces tests ont montré, c’est qu’aucune mesure ad hoc ne peut remplacer une interdiction globale et juridiquement contraignante des essais nucléaires« , a souligné M. Guterres.

« Tous les efforts doivent être faits pour que le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires entre en vigueur immédiatement« , a-t-il poursuivi.

« Comme je l’ai indiqué dans mon programme de désarmement « Assurer notre avenir commun », le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires joue un rôle essentiel dans le régime de désarmement et de non-prolifération nucléaires« , a indiqué le Secrétaire général de l’ONU.

En limitant le développement et l’amélioration qualitative des armes nucléaires, le Traité freine la course aux armements nucléaires et constitue une barrière contre les États qui pourraient chercher à développer, fabriquer et utiliser des armes nucléaires acquises en violation de leurs engagements de non-prolifération.

« Pourtant, a-t-il déploré, plus de 20 ans après sa négociation, le Traité doit encore entrer en vigueur. L’incapacité à le faire empêche sa mise en œuvre intégrale et sape sa permanence dans l’architecture de sécurité internationale« , a-t-il déploré.

Bien que plus de 180 pays aient signé le Traité et l’ont essentiellement ratifié, il ne peut entrer en vigueur qu’après avoir été ratifié par huit pays dotés de capacités nucléaires: Chine, Égypte, Inde, Iran, Israël, Corée du Nord, Pakistan et États Unis.

À la tribune, le président de l’Assemblée générale, Miroslav Lajčák, a expliqué comment les essais nucléaires exacerbaient les tensions.

« Ils créent des ouvertures pour les erreurs de calcul politiques. Et ils nous rapprochent du bord du gouffre« , a-t-il affirmé, indiquant que la réunion au siège de l’ONU était « vitale pour notre planète et pour l’humanité« .

S’agissant du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN), il a déploré le fait qu’il ne soit pas encore actif.

« Nous avons besoin d’un système juridiquement contraignant; nous avons besoin d’un mécanisme de vérification clair; il faut que le TICEN entre en vigueur« , a-t-il estimé, exhortant les huit États à le ratifier « toute urgence« .

Il a déclaré qu’il espérait voir une action de désarmement « tangible » dans la péninsule coréenne, notant que « la vérification est cruciale pour le progrès« .

FIN/INFOSPLUSGABON/TYG/GABON 2018, le 7 septembre

http://www.infosplusgabon.com/index.php/actualites/submenu-1/15791-2018-09-07-16-34-15